Aller au contenu principal

Dimanche 6 février 2022 – 5e semaine du Temps – Luc 5, 1-11

Avec Luc nous sommes plongés en un lieu, un temps, une atmosphère qui rendent la parole incarnée. Nous sommes transportés au bord du lac, cette mer de Galilée lieu des moments essentiels, autant nourricière que source d’inquiétude. Nous voilà au milieu de la foule qui court après Jésus faiseur de guérisons. Et les barques, havres pour se retirer, prendre de la distance. Et les pécheurs tout à leur travail, près de leur barque et sur leur filet.

C’est dans ce cadre plein d’humanité que Luc nous fait part de l’appel des premiers disciples. Chez Marc et Matthieu, cet appel est expéditif : au bord du lac Jésus les vit, les appela, et ils le suivirent. Avec Luc, l’appel est une rencontre. Nous passons de l’enseignement à la foule à un dialogue individualisé. Jésus ne paraît pas ici comme un inconnu, sa réputation l’a précédé. Il n’invite pas Simon à le suivre, mais lui demande de le prendre dans sa barque et Simon s’empresse de lui rendre ce service et de l’éloigner de la foule. Puis le deuxième temps de ce tête à tête : « Avance au large et jetez vos filets » dit Jésus. Autrement dit, prends le risque d’aller à l’encontre de ce que tes pratiques habituelles te laissent croire. Pierre n’en revient pas de l’énormité de cette nouvelle pèche, au point même que les barques s’enfonçaient – comme nos certitudes anciennes peuvent couler devant l’abondance de dons et de guérisons que Jésus nous fait vivre. D’où l’effroi de Simon et cette crainte que nous pouvons partager de ne pouvoir être à la hauteur de ce que Jésus nous donne.

Ainsi se créent l’amitié et la confiance, par une rencontre, un service réciproque qui n’est pas comparable mais apporte à chacun ce qu’il attend, ou ce qu’il n’a pas pu faire par lui-même. Cette confiance va permettre le temps du dépouillement. Peut-être est-il plus intéressant de suivre Celui par qui les filets sont remplis sans les inquiétudes et les efforts constants dont les résultats sont aléatoires… Quoiqu’il en soit Simon laisse là barque et filets pour ce qui devient l’essentiel.

En disant « jetez vos filets », Jésus ne s’adresse pas qu’à Simon mais aux autres pécheurs qui sont là. Et c’est les quatre premiers disciples qui vont se mettre en marche avec Jésus.

Ainsi cet appel s’adresse à nous tous. Appel qui résulte d’une « prise de confiance » autant que d’une prise de conscience de notre vocation à marcher avec Jésus. Voilà le début d’une « marche ensemble », d’un synode avec Jésus que les disciples vont vivre toute leur vie.

En cette période électorale pour nous citoyens et de démarche synodale pour nous chrétiens, l’interpellation de la directrice en chef de la revue Esprit raisonne particulièrement en ce jour de l’appel : « C’est très préoccupant de voir croître cette défense de l’identité chrétienne sur une base patrimoniale et civilisationnelle plutôt que sur le rapport à l’altérité et à l’accueil de l’autre. »

Ainsi la démarche synodale à laquelle nous sommes tous invités par le pape François est une forme d’appel par la rencontre et le partage avec d’autres. Démarche fondatrice et nourricière de notre Église que nous tous baptisés avons la responsabilité de bâtir.  
 

Vianney Danet

 

Crédit photo : La pêche miraculeuse - Roger Clorennec (1968) © Loïc LLH @ Wikimedia Commons - CC BY-SA 4.0

Crédit photo
Crédit photo : La pêche miraculeuse - Roger Clorennec (1968) © Loïc LLH @ Wikimedia Commons - CC BY-SA 4.0
Image
The website encountered an unexpected error. Please try again later.