Aller au contenu principal

En octobre 2021, le groupe CCB51 s’est réuni autour d’une première réflexion sur l’importance du synode pour notre vocation de baptisé et pour le futur de notre Eglise locale et universelle.

Cette réunion suivait de peu la phase de lancement du synode dans le diocèse, lancement sans véritable enthousiasme et un excès de formalisme. Dans le même temps, nous avons constaté un faible relais, voire un silence total, dans les paroisses sur ce sujet.

En conséquence nous avons pris la décision d’envoyer un courrier à l’évêque, pour faire part de notre étonnement, nos interrogations et lui demander une transparence sur les restitutions diocésaines. Pour le dépouillement, nous avons demandé une participation des baptisés issus des communautés locales et de tous les secteurs du diocèse. Notre groupe s’est bien sûr proposé pour participer à cette synthèse locale.

La séance suivante fut une réunion synodale autour du thème « autorité et participation ». Un autre thème est aussi ressorti : « le langage dans, et de l’Église, inaudible pour le monde ». Thème hors Vatican mais qui sera repris à notre prochaine réunion.
L’évêque a accepté de nous rencontrer en compagnie d’une de ses délégués à la démarche synodale. Notre objectif était d’obtenir des actions concrètes :  relance de la démarche dans le diocèse, et demande de participation large de laïcs venant d’horizons différents et transparence sur la restitution. L’évêque a répondu en précisant qu’une synthèse sera faite mais avec aucun engagement sur la possibilité d’accéder à toutes les fiches ni sur une participation élargie au dépouillement.

Nous avons largement diffusé le document d’accompagnement proposé par la CCBF via les contacts dont nous avons les mails. Et en ce qui concerne la restitution, notre groupe se propose auprès de tous les groupes dont nous avons connaissance, de collecter les fiches de restitutions pour une synthèse locale. Et au-delà nous proposons la transmission à la CCBF, garantissant la prise en compte dans une synthèse nationale accessible à tous, et l’envoi à la CEF. Ceci n’empêche pas chaque groupe de donner directement à l’évêché le fruit de leur « marche ».

L’important de cette démarche est d’abord d’avancer ensemble, en paroisse, dans les mouvements (ACI, CMR, …), en quartiers, entre amis, dans le groupe « Jésus », … et de façon informelle. Le but est que cette démarche synodale soit durablement installée dans les instances de l’Eglise catholique et dans nos communautés.

Ainsi les membres du groupe CCB51 ont décidé de s’investir là où ils sont pour mettre en place un ou plusieurs groupes. Nous espérons ainsi initier au moins une dizaine de groupes très divers dans le rural, comme en ville. En facilitant la libération de la parole, nous faisons connaître notre réseau des baptisés et amenons de nouveaux sympathisants et peut-être plus tard de nouveaux adhérents.

Image
The website encountered an unexpected error. Please try again later.