Aller au contenu principal

Commentaires

Posté par Roselyne

jeu 11/04/2024 - 19:25

Permalien

Merci de vos remarques, avec lesquelles je suis tout à fait en accord.
Un mot cependant, non pas pour défendre Wénin, mais pour souligner qu'il touche tout de même quelque chose de juste, il y a tout de même ce sentiment (impression, retour sur soi ?) d'Abraham qui perçoit que le don d'un enfant peut devenir le lieu d'une réussite personnelle. Oui, c'est le voeu et le soin de tout parent de conduire ses enfants à devenir des femmes et des hommes libres et adultes, mais il ne faut pas sous estimer peut-être la tendance à une certaine mainmise, et parfois la revendication plus ou moins exprimée d'une "reconnaissance" ! 
Est-ce à cela qu' Abraham a compris qu'il devait renoncer, de cela qu'il devait se dépouiller ?
Evidemment cela ne conduit pas à la mise à mort d'un enfant... heureusement !

Bien entendu, il s'agit d'une représentation terrible de Dieu (ou de la divinité), elle nous paraît insupportable. Et je crois vraiment que le texte (qui combat dans une "couche" précédente la tentation du sacrifice d'enfant) fait vraiment suivre à Abraham le chemin d'un retournement intérieur, d'un autre dépouillement, qui est de se défaire de l'idée d'un dieu qui veut la mort, qui veut du sang, pour affirmer que Dieu au contraire veut la vie. 
Il faut cependant accepter que le texte ait été relu comme une épreuve qu'Abraham doit surmonter (et donc avec l'idée que DIeu pourrait faire cette demande épouvantable) ; les paroles de l'ange du Seigneur vont dans ce sens : une vérification de l'obéissance d'Abraham.
Je le supporte mal, mais je peux comprendre que cela ait tellement (et sinistrement) influencé la pensée chrétienne, confrontée à la mort de Jésus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.