Aller au contenu principal

Commentaires

Posté par Roselyne

mar 05/12/2023 - 09:06

Permalien

Votre "chemin" me paraît tout à fait légitime et intéressant, et je le suivrai volontiers ; la circoncision comme marque de la limite, irréversible et donc frein à la convoitise qui veut tout s'approprier et maitriser. Peut-être faut-il penser que la limite est considérée par Wénin comme frustration et donc manque... Non, vous n'êtes pas loin §
De mon côté, je me demande si la circoncision n'est pas aussi (et au commencement surtout) une marque d'identité, d'appartenance.
Dans les peuples alentour, la circoncision était subie à 13 ans comme un rite de passage de l'enfance à l'état adulte, et un rite d'initiation (elle l'a été il y a peu chez certains peuples africains). Les Babyloniens ne circoncisaient pas. Or, c'est pendant l'exil que la circoncision à 8 jours devient un rite propre aux Juifs, comme marqueur identitaire, de séparation. Et on voit bien dans les livres des Maccabées que, pendant la guerre juive contre les Grecs (167-164 av. J.C.), la circoncision est bien un signe d'exclusion. On a des témoignages de jeunes juifs de l'époque qui, entraînés par la propagande grecque, s'étaient fait "décirconcire" (au gymnase où on luttait nu, cela se voyait !).
Les significations sont multiples, évidemment. Tout cela ne répond pas à mon interrogation : qu'en est-il des femmes ?

Posté par Chantal, de Bordeaux (visiteur)

mer 20/12/2023 - 14:22

Permalien

La fin de votre commentaire rejoint la question que je me suis posée il y a déjà longtemps : la circoncision ne concerne que les hommes, donc c'est à eux qu'est réservée l'Alliance. Reflet de la société très patriarcale dans laquelle ces textes ont été écrits, qui perdure toujours, malgré les progrès accomplis au moins en Occident depuis les derniers siècles.
Ne s'agit-il pas là d'une pratique sanitaire qui a ensuite été transformée en rite religieux, comme l'impureté de la viande de porc ? Comment les femmes juives de notre époque, celles du courant libéral, l'interprètent-elles ? Ce serait intéressant de le savoir.

Posté par Roselyne

ven 22/12/2023 - 09:25

Permalien

Merci de votre question ; je vais vous répondre partiellement, parce que je ne suis pas assez savante !
D'abord, je dirai  non ! Les femmes ne sont certainement pas exclues de l'alliance, toute la Bible le proclame.
A commencer par Saraï/Sarah, dans le chapitre 17 de la Genèse que nous venons de lire : "elle aura pour nom Sarah. Je la bénirai et je te donnerai par elle un fils, je la bénirai, elle donnera naissance à des nations, des rois de peuples sortiront d'elle " (17, 15-16). Certes, vous avez raison, en monde patriarcal, la promesse passe par son mari Abraham, mais au chapitre 18, le Seigneur finit par s'adresser à Sarah elle-même ( 18, 15).
Il faut ajouter toutes les femmes qui ont "sauvé" Israël, depuis Yaël et Déborah en Juges 5, jusqu'à Ruth, la Moabite, ancêtre du messie, Esther, Judith la juive hautement louée etc.
La promesse et l'alliance passent souvent par la ruse des femmes, depuis Tamar (Genèse 38) jusqu'à Ruth.

Aujourd'hui, je serai tout aussi affirmative mais moins précise, je peux m'appuyer sur ces femmes rabbins en France aujourd'hui, Pauline Bebbe et Delphine Horvilleur, sur les écrits de Catherine Chalier. La femme est le vecteur de la vie, et pour la tradition juive, c'est l'essentiel.
Et je crois que l'idée du manque et de l'incomplétude est vécue autrement.
Je vais me renseigner et revenir vers vous.
Roselyne
 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.