Aller au contenu principal

Commentaires

Posté par Roselyne

jeu 11/04/2024 - 21:27

Permalien

Votre remarque m'intéresse beaucoup ! Elle me rappelle que déjà je n'étais pas à l'aise avec l'idée que Saraï était répréhensible (sujette à la "convoitise") en essayant d'assurer une descendance à Abram par ses propres moyens. Il me semblait au contraire qu'avec les moyens humains à sa disposition (pas nécessairement agréables pour elle, et c'est peu dire), elle tentait de donner un coup de main à Dieu et à sa promesse... Qu'ensuite elle ait été rattrapée par la jalousie, bien humaine, elle aussi, c'est une autre affaire.
J'irais donc volontiers dans le même sens pour comprendre la démarche d'Abraham. Maintenant que Sarah est morte, il veut l'enterrer dans un lieu auquel il pourra rester attaché ; pourquoi ne pas acquérir une grotte (puis un champ) ? Peut-on lui reprocher de ne pas prendre le risque d'installer le tombeau de sa femme dans un autre peuple ? 
Je ne suis pas sûre que cela risque de "ternir" l'image du patriarche. Certes selon le point de vue de Wénin, Abraham a été "éduqué" par Dieu, il a appris le dépouillement, mais aussi qu'il doit désormais  prendre sa vie et celle  de sa descendance en mains. Mais pour moi, il n'y a pas d'image idéalisée possible du patriarche... Abraham reste humain, et donc fragile, incertain du point de vue moral, jusqu'au bout... Comme chacun de nous, malgré un engagement chrétien ! Il me semble que, si plus tard, Abraham devient le patriarche exemplaire chanté par le Siracide, puis les traditions monothéistes, les auteurs de la Genèse ont la sagesse de montrer qu'il est homme jusqu'au bout... à ses risques et périls !

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.