Aller au contenu principal

Commentaires

Posté par Roselyne

ven 26/01/2024 - 11:55

Permalien

Chers  amis  de Bergerac,

J’ai lu avec le sourire vos analyses toujours pleines d’humour, cela fait du bien.
Je consonne avec vous sur pas mal de choses, et en particulier sur le durcissement des interprétations d’André Wénin autour de la convoitise et du manque !
Pour ma part, je suis d’accord que le repas magnifique offert par Abraham est de l’ordre d’un festin d’alliance. Mais je ne crois pas que ce soit un repas de célébration de la circoncision. On est dans un autre monde, c’est une autre tradition. Pourquoi ne pas accepter que la même réalité (Dieu offre son alliance) soit racontée de façons différentes dans des milieux et des époques très différentes. Le chapitre 17 relève clairement d’une tradition de retour d’exil, et même plus tardive, fondant l’identité juive sur la circoncision ; le chapitre 18 est un récit plus ancien d’hospitalité récompensée, et de manifestation de la divinité et de la promesse, réinterprété par le titre : Le Seigneur (YHWH) se fit voir à Abraham à Mamré.
Et puis, le rire délicieux de Sara, qui ne veut pas y croire, mais se laisse tout de même déborder par une espérance plus forte…


 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.