Vous êtes ici

Construisons un lectionnaire des Baptisés

1.Etat de la question

La Célébration de la parole limitée à des lectures bibliques en français pose de plus en plus de problèmes de compréhension à un auditoire contemporain. Non seulement la traduction de l’hébreu ou du grec altère le sens ou perd la qualité littéraire du texte original, mais le contexte social a complètement changé. Toutes les homélies ne replacent pas les textes dans leur originalité. Dans ce cas, certains passages deviennent incompréhensibles, provocants ou scandaleux : sacrifice d’Isaac par Abraham, dix plaies d’Egypte, livre de Josué.

En réaction, il existe une tendance spontanée des chrétiens, pratiquants ou non, à choisir des lectures lors des célébrations de mariage ou de funérailles, lorsqu’ils en ont la permission. Parmi la littérature moderne, cela se limite souvent à Khalil Gibran, Antoine de Saint Exupéry ou Christian Bobin, alors qu’il existe une foule d’autres auteurs, passés ou présents.

2. Proposition.

Collationner des textes puisés dans toute la littérature de langue français de Villon à Brassens en passant par Pascal, Teilhard de Chardin et Péguy. Un texte de qualité dans la langue de l’auditeur apporte plus que la simple sémantique des mots et des phrases, mais une dimension poétique, lyrique, imagée, seule capable de transmettre la transcendance. Les Français ont compris le christianisme d’une certaine façon, propre à leur génie culturel.

En 363, les chrétiens de l’époque ont délimité le Nouveau Testament en puisant parmi les textes à disposition ceux qui répondaient le mieux à leur sensibilité et à leur culture. L’évolution rapide de la société invite à une démarche contemporaine. Qu’est-ce que les croyants d’aujourd’hui lègueront à leurs descendants comme leur vision du christianisme ?

En poussant la réflexion plus loin, on peut se demander si la Révélation a pour définition d’être close sur elle-même dans des textes vieux de vingt siècles. N’a-t-elle pas pour vocation de se prolonger, de s’approfondir, de se chercher ? Ce serait le travail des théologiens dans la mesure où ils se sentiraient totalement libres d’enseigner et de publier. Comme ce n’est pas toujours le cas, il est intéressant de considérer les écrivains chrétiens.

3.Réalisation.

Le travail est tellement ample qu’il se doit d’être entrepris collectivement. Quels sont les textes qui ont été utilisés lors de célébrations ? Quels sont les textes qui nous parlent le plus ? Aux membres de la CBF et aux groupes de faire des propositions.

Celles-ci seront envoyées à Jacques Neirynck par courriel à l'adresse suivante rubrique.site@baptises.fr . Jacques Neirynck est  chargé de les collationner. Les textes eux-mêmes sont transmis en pièces jointes. Ces textes sont limités à ce qui a été publié en français. Donc pas de traduction. De même ils doivent avoir été publiés en édition auparavant. Les choix définitifs seront décidés par un jury.

L’objectif est d’atteindre une large diffusion dans les paroisses et groupes, pour que ces textes nourrissent les Célébrations de la Parole, sans exclusive pour autant des textes bibliques. Les textes retenus seront disponibles libres de droit sur le site de la CCBF. En cas de succès, une version papier peut être éditée et servir de manuel lors des célébrations. Si cet objectif est atteint, il constitue une promotion de la CBF. Les droits d’auteur seront alors acquis à la CBF.


 

4.Exemples

Dans des genres différents, voici quelques exemples de textes représentatifs. Ils a’git toujours de la version originale. Pour les besoins d’une lecture à haute voix, certains pourront être condensés ou adaptés à la langue actuelle.

4.1

A la bonne heure ! C’est ce vieux Job que je veux dire ! Bravo ! Il s’est trouvé quelqu’un à la fin pour dire carrément son fait au Tout-Puissant !

« Regarde-moi, dit-il, et ne fait pas semblant de ne pas me voir ! Alors ! C’est comme cela que l’on se conduit avec les innocents ?

Moi, Job, je ne me sens coupable de rien ! Mais s’il était vrai que j’aie péché,

L’importance que cela a, Tu aurais bien de la peine à le démontrer !

Mais à la place que Tu occupes, et puisque c’est Toi n’est-ce pas ? qui est responsable du monde,

Quand tu vois comment cela fonctionne,

Nous donner un tel spectacle, ma parole ! moi à ta place j’aurais honte !

Il n’y a que le moment après tout pour nous qui compte, et l’on ne nous consolera pas du présent avec le futur !

La justice m’est devenue de faible prix au prix de cette injustice que tu m’accordes !

Qu’est-ce que c’est de Ta part sans rime ni raison que cette explosion imbécile de miséricorde ?

Allons ! Le moment est venu ! rends Tes comptes ! Tâche moyen un petit peu de nous expliquer ce monde que tu as fait ! »

Et le Seigneur, Il baisse la tête, répond : « Pardon Job ! Je ne l’ai pas fait exprès ! »

Paul Claudel


 


 

4.2 Agnus Dei

L’agneau cherche l’amère bruyère,
C’est le sel et non le sucre qu’il préfère,
Son pas fait le bruit d’une averse sur la poussière.

Quand il veut un but, rien ne l’arrête,
Brusque, il fonce avec de grands coups de sa tête,
Puis il bêle vers sa mère accourue inquiète…

Agneau de Dieu, qui sauves les hommes,
Agneau de Dieu, qui nous comptes et nous nommes,
Agneau de Dieu, vois, prends pitié de ce que nous sommes.

Donne-nous la paix et non la guerre,
Ô l’agneau terrible en ta juste colère.
Ô toi, seul Agneau, Dieu le seul fils de Dieu le Père.

Paul Verlaine

4.3

La petite Espérance s’avance entre ses deux grandes sœurs, la Foi et la Charité, et on ne prend pas seulement garde à elle.
Sur le chemin du salut, sur la route entre ses deux sœurs la petite espérance
S’avance.
Entre ses deux grandes sœurs.
Celle qui est mariée.
Et celle qui est mère.
Et l’on n’a d’attention, le peuple chrétien n’a d’attention que pour les deux grandes sœurs.
La première et la dernière.
Qui vont au plus pressé.
Au temps présent.
À l’instant momentané qui passe.
Le peuple chrétien ne voit que les deux grandes sœurs, n’a de regard que pour les deux grandes sœurs.
Celle qui est à droite et celle qui est à gauche.
Et il ne voit quasiment pas celle qui est au milieu.
La petite, celle qui va encore à l’école.
Et qui marche.
Perdue entre les jupes de ses sœurs.
Et il croit volontiers que ce sont les deux grandes qui traînent la petite par la main.
Au milieu.
Entre les deux.
Pour lui faire faire ce chemin raboteux du salut.
Les aveugles qui ne voient pas au contraire.
Que c’est elle au milieu qui entraîne ses grandes sœurs.
Et que sans elle elles ne seraient rien.
Que deux femmes déjà âgées.
Deux femmes d’un certain âge.
Fripées par la vie.

Sur le chemin montant, sablonneux, malaisé.
Sur la route montante.
Traînée, pendue aux bras de ses deux grandes sœurs,

Qui la tiennent pas la main,
La petite espérance.
S’avance.
Et au milieu entre ses deux grandes sœurs elle a l’air de se laisser traîner.
Comme une enfant qui n’aurait pas la force de marcher.
Et qu’on traînerait sur cette route malgré elle.
Et en réalité c’est elle qui fait marcher les deux autres.
Et qui les traîne.
Et qui fait marcher tout le monde.
Et qui le traîne.
Car on ne travaille jamais que pour les enfants.

Et les deux grandes ne marchent que pour la petite.

Charles Péguy


 

4.4

En voyant l’aveuglement et la misère de l’homme, en regardant tout l’univers muet, et l’homme sans lumière, abandonné à lui-même, et comme égaré dans ce recoin de l’univers sans savoir qui l’y a mis, ce qu’il y est venu faire, ce qu’il deviendra en mourant, incapable de toute connaissance, j’entre en effroi comme un homme qu’on aurait porté endormi dans une île déserte et effroyable, et qui s’éveillerait sans connaître où il est, et sans moyen d’en sortir. Et sur cela j’admire comment on n’entre point en désespoir d’un si misérable état.

Je vois d’autres personnes auprès de moi d’une semblable nature : je leur demande s’ils sont mieux instruits que moi, ils me disent que non ; et sur cela, ces misérables égarés, ayant regardé autour d’eux, et ayant vu quelques objets plaisants, s’y sont donnés et s’y sont attachés. Pour moi, je n’ai pu y prendre d’attache, et, considérant combien il y a plus d’apparence qu’il y a autre chose que ce que je vois, j’ai recherché si Dieu n’aurait pas laissé quelque marque de soi.


 

Blaise Pascal


 

4.5

La mort n'est rien : je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait, n'employez pas un ton différent.
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.

Anonyme. Sans doute de Paul Claudel

4.6

Elle est à toi cette chanson
Toi l'auvergnat qui sans façons
M'as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid

Toi qui m'as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M'avaient fermé la porte au nez

Ce n'était rien qu'un feu de bois
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d'un feu de joie

Toi l'auvergnat quand tu mourras
Quand le croque-mort t’emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'hôtesse qui sans façons
M'as donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim

Toi qui m'ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
S'amusaient à me voir jeuner

Ce n'était rien qu'un peu de pain
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d'un grand festin

Toi l'hôtesse quand tu mourras
Quand le croque-mort t’emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l'étranger qui sans façons
D'un air malheureux m'as souri

Lorsque les gendarmes m'ont pris

Toi qui n'as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir amener

Ce n'était rien qu'un peu de miel
Mais il m'avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manière d'un grand soleil

Toi l'étranger quand tu mourras
Quand le croque-mort t'emportera
Qu'il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Georges Brassens


 

4.7

Dame du ciel, régente terrienne,
Emperière des infernaux palus,
Recevez-moi, votre humble chrétienne,
Que comprise soie entre vos élus,
Ce nonobstant qu’oncques rien ne valus.
Les biens de vous, ma Dame et ma Maîtresse
Sont bien plus grands que ne suis pécheresse,
Sans lesquels biens âme ne peut mérir
N’avoir les cieux. Je n’en suis jangleresse :
En cette foi je veuil vivre et mourir.

A votre Fils dites que je suis sienne ;
De lui soient mes péchés abolus ;
Pardonne moi comme à l’Egyptienne,
Ou comme il fit au clerc Theophilus,
Lequel par vous fut quitte et absolus,
Combien qu’il eût au diable fait promesse
Préservez-moi de faire jamais ce,
Vierge portant, sans rompure encourir,
Le sacrement qu’on célèbre à la messe :
En cette foi je veuil vivre et mourir.

Femme je suis pauvrette et ancienne,
Qui riens ne sais ; oncques lettres ne lus.
Au moutier vois, dont suis paroissienne,
Paradis peint, où sont harpes et luths,
Et un enfer où damnés sont boullus :
L’un me fait peur, l’autre joie et liesse.
La joie avoir me fais, haute Déesse,
A qui pécheurs doivent tous recourir,
Comblés de foi, sans feinte ne paresse :
En cette foi je veuil vivre et mourir.

Vous portâtes, digne Vierge, princesse,
Iésus régnant qui n’a ni fin ni cesse.
Le Tout-Puissant, prenant notre faiblesse,
Laissa les cieux et nous vint secourir,
Offrit à mort sa très chère jeunesse ;
Notre Seigneur tel est, tel le confesse :
En cette foi je veuil vivre et mourir.

François Villon