Vous êtes ici

Etty Hillesum : pas de paix sans dignité

CCBF
Etty Hillesum
Etty Hillesum @ Wikimedia Commons - Domaine public


Etty Hillesum : la paix par la dignité humaine

Le 9 décembre 2019 – Atelier Cultiver la paix

« Je ne vois pas d'autre issue que chacun de nous fasse un retour sur lui-même et extirpe et anéantisse en lui tout ce qu'il croit devoir anéantir chez les autres. Et soyons bien convaincus que le moindre atome de haine que nous ajoutons à ce monde nous le rend plus inhospitalier qu'il ne l'est déjà. »

Etty Hillesum, Une vie bouleversée.

De 1941 à 1943, à Amsterdam, une jeune femme juive de vingt-sept ans tient un journal. Le résultat : un document extraordinaire, tant par la qualité littéraire que par la foi qui en émane. Une foi indéfectible en l'homme alors qu'il accomplit ses plus noirs méfaits. Partie le 7 septembre 1943 du camp de transit de Westerbork, d'où elle envoie d'admirables lettres à ses amis, Etty Hillesum meurt à Auschwitz le 30 novembre de la même année.

Sensuelle, curieuse, vorace, drôle, vivante... Telle est Etty Hillesum dès les premières pages de son journal. Le lecteur qui s'y attache ne pourra plus la quitter. Jeune fille moderne et indépendante, Etty veut voir plus clair en elle quand l'Europe sombre dans l'obscurité. Son journal et ses lettres deviennent son champ de bataille. À l'horreur qui s'annonce elle répond par l'urgence de se transformer elle-même. La quête de soi à travers l'écriture, fougueuse et vitale, s'ouvre peu à peu à la présence d'un Dieu qu'Etty ne qualifie pas. Dans l'enfer du camp de Westerbork où elle travaille et d'où elle sera déportée, elle fait rayonner jusqu'au bout une paix lucide et prophétique.

Etty Hillesum (1914-1943) est entrée sur la scène française il y a plus de vingt ans, avec Une vie bouleversée et les Lettres de Westerbork. Ces fragments de journal et de correspondance ont suffi à rendre inoubliable la figure de cette jeune femme juive d'Amsterdam, morte à Auschwitz à l'âge de vingt-neuf ans.

Ces écrits donnent une image riche, nuancée et authentique d'une jeune femme d'exception : non pas une sainte étrangère au monde, mais une personnalité audacieuse et libre, amoureuse de la vie, qui tente de dompter des dons intellectuels et artistiques dont le foisonnement anarchique l'entrave.

C'est aussi un merveilleux journal intime, la chronique minutieuse et inlassable d'une passion, avec ses moments exaltants et ses crises de jalousie, et en contrepoint des tentatives toujours recommencées pour reconquérir un peu de distance et de sérénité.

En outre, ce qu'on n'a pas assez dit, Etty Hillesum a beaucoup d'humour et un vrai talent satirique, qui éclate dans le tableau qu'elle brosse de son entourage, même dans les heures les plus tragiques.

Enfin, cette œuvre nous confronte au mystère d'un cheminement spirituel qui est un refuge sans être un rejet du monde et des hommes, qui semble au contraire être un acquiescement, parfois même un émerveillement, et ce au pire moment de notre histoire.

Karima Berger et Jean-Michel Hirt seront les intervenants de cet atelier.

Karima Berger, née et grandie en Algérie, est écrivain. Ses ouvrages s’inspirent de sa double culture. Elle est l’auteure de nombreux livres, dont Éclats d'islam, Chroniques d'un itinéraire spirituel (Albin Michel, 2009), Les Attentives, un dialogue avec Etty Hillesum (Albin Michel, 2018). Elle a contribué à JésusL’Encyclopédie (Albin Michel, 2017). Son dernier essai Hégires sur le thème de l’exil contemporain est paru chez Actes Sud. Elle a présidé l’association « Écritures & spiritualités ».

Jean-Michel Hirt est psychanalyste, professeur de psychopathologie. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Le miroir du Prophète. Psychanalyse et islam (Grasset,1998), Vestiges du dieu, Athéisme et religiosité (Grasset, 2010), Les Infidèles : S’aimer soi-même comme un étranger (Grasset, 2012), La dignité humaine, sous le regard d’Etty Hillesum et de Sigmund Freud (Desclée de Brouwer, 2012), Paul, l’apôtre qui « respirait le crime » (Actes Sud, 2016).


Date : lundi 9 décembre 2019
Horaire 
: 19h30-22h30
Adresse : forum 104, 104 rue de Vaugirard – 75006 Paris
P.A.F. : 10 € (5 € pour les étudiants et gratuit pour les demandeurs d’emploi).

L’association « Les amis d’Etty Hillesum » est coproductrice de l’atelier du 9 décembre.
Les ateliers « Cultiver la paix » sont organisés en partenariat entre le groupe « Baptisés du grand Paris » et l’association Coexister.

IMPORTANT
Nous vous serions reconnaissants de nous faire savoir par mail si vous participerez à l’atelier du 9 décembre 2019 : cultiverlapaix@tutanota.com

Rubrique du site: 
Les actualitésCultiver la paix
Ajouter un commentaire