Vous êtes ici

Céline Béraud, ses deux derniers ouvrages

CCBF
Céline Béraud


Céline Béraud, qui est intervenue lors du 2e « Rendez-vous de la CCBF », le 30 janvier dernier, est sociologue, directrice d’études à l’EHESS et membre du Centre d’études en sciences sociales du religieux (Césor). Ses recherches portent sur la question du genre dans le catholicisme, ainsi que sur la place de la religion dans les institutions publiques. Elle a publié Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous (avec Philippe Portier, MSH, 2015) et De la religion en prison (avec Claire de Galembert et Corinne Rostaing, PUR, 2016).

Le Catholicisme français à l'épreuve des scandales sexuels

Ces dernières années, le catholicisme français a été secoué par une série de scandales : des violences sexuelles ont été exercées sur des enfants et des religieuses, avec le silence et parfois même la protection de la hiérarchie. Ces affaires affaiblissent une institution en voie de minorisation, d’un point de vue tant démographique que culturel et politique. Elles conduisent aussi à poser, de manière tout à fait inédite, la question de l’autorité : l’accès des hommes mariés, voire des femmes, à la prêtrise ; une place plus importante pour les laïcs ; une plus grande collégialité dans la prise de décision. Enfin, c’est le rapport de force interne au monde catholique qui se trouve bousculé. Alors que la mobilisation contre le mariage pour tous avait démontré le dynamisme du pôle conservateur, c’est l’autre pôle, plus réformiste, qui monte aujourd’hui au créneau.
Éditions du Seuil – février 2021

La bataille du genre

Ce petit livre se propose d’analyser ce moment de politisation qui émerge à la fin des années 1990 et de manière plus sensible au début des années 2010. Il entend mettre en évidence et ainsi contribuer à déconstruire l’un des principaux ressorts de ces mobilisations anti-genre qui se trouve dans la panique morale qu’elles alimentent, par l’horizon de confusion des sexes et d’effondrement de la civilisation qu’elles dessinent.

Querelle sur les manuels scolaires, opposition à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, débats sur la PMA et la GPA, mise en cause du droit à l’avortement. La pensée et les mobilisations conservatrices connaissent un regain de vigueur depuis les années 1990. En leur sein, les questions de genre, c’est-à-dire celles des normes relatives aux identités sexuées, aux orientations sexuelles et à leur hiérarchie, sont particulièrement saillantes. Le positionnement que l’on peut qualifier d’« anti-genre » fait aujourd’hui partie des postures intellectuelles et politiques qui sont celles des conservatismes de tout poil. En la matière, il s’agit de faire prévaloir un ordre naturel des corps (de celui des femmes en particulier), qui semblait avoir pourtant été largement déconstruit. Le caractère plurivoque du terme « nature », qui se situe au cœur de la bataille du genre, a en outre permis des convergences militantes parfois incongrues, autour notamment de l’écologie intégrale, mais nourri aussi des malentendus. En se centrant sur le cas français sans exclure des éclairages européens, le présent livre analyse ce moment de politisation et ses principaux ressorts qui se trouvent dans la panique morale alimentée par l’horizon de confusion des sexes et d’effondrement de la civilisation qu’il dessine.
Éditions Fayard – février 202

Rubrique du site: 
Les actualités
Ajouter un commentaire