Vous êtes ici

La sève vive des sarments

Onglets principaux

Hubert CORNUDET
sarment
sarment @ Pxhere - Domaine public


Dimanche 2 mai 2021 – 5e dimanche de Pâques – Jn 15, 1-1

Les résonances bibliques sur le thème de la vigne sont nombreuses et rejoignent le thème de l’Alliance que Dieu entretient avec les hommes.

Dans l’évangile d’aujourd’hui on remarque que Jésus ne parle plus de vigne mais d’un seul cep ; chaque cep, même ceux qui promettent des fruits, seront taillés et émondés pour qu’ils en portent davantage.

Ce sont bien les fruits qui sont au cœur de la parabole ; ils sont nommés six fois et sont directement la conséquence de la foi des disciples. C’est la circulation de la sève qui permet l’éclosion des fruits. Celle-ci n’est possible que dans la mesure où le disciple demeure attaché au Fils. Mais ce qui est fantastique c’est bien que le Christ demeure en nous.

Ce qui distingue l’être humain, c’est cette dimension spirituelle. Le matérialisme, qu’il soit théorique ou pratique, avilit l’homme en niant sa dimension spirituelle, le réduisant à sa dimension biologique, nous ne serions qu’un animal parmi les autres.

Or cette dimension spirituelle, la vie divine en nous, Jésus nous invite à l’honorer quand il nous demande de demeurer dans son Amour. Sans cette dimension spirituelle, d’une certaine manière, nous sommes en danger de perdre notre dignité humaine. Jésus le souligne de manière imagée : « Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est comme un sarment qu’on a jeté dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent ! »

Quand l’amour et la présence de Dieu est accueillie, en nous, les fruits viennent en abondance dans notre vie. Jésus fait le choix de demeurer en nous. Il demeure en vérité en chacun de nous. Alors il s’agit d’oser demander et même l’impossible. L’arrêt d’une pandémie ou d’une guerre, la fin d’un cancer ou de la faim dans le monde ! Ne croyez-vous pas que ce monde serait encore plus tragique si tous les grands priants dans des monastères ou dans le fond de leur chambre cessaient de bassiner Dieu comme la veuve de l’évangile ? Restons greffés et tentons de demeurer en Christ pour le salut du monde.
 

Hubert Cornudet

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire