Vous êtes ici

Notre Père et notre Frère

Équipe de Pau F.C.E.
Porte
Porte © pxhere - Domaine public


Dimanche 28 juillet 2019 – 17e dimanche du temps – Lc 11, 1-13

Frapper, chercher… la prière n'est pas une douce récitation de formules !
En hébreu on utilise le mot "crier" ; les hommes "crient vers Dieu" : une prière ne vient pas seulement de la tête, mais du fond du cœur et du corps ! Alors, c’est vraiment le plus intime de nous-mêmes que nous mettons à nu devant Dieu et nous-mêmes.
Il est puissant cet intérêt d'Abraham pour Sodome ; sauver son neveu lui tient à cœur. Il négocie et s’obstine pour et obtenir de Dieu pour d’autres la miséricorde qu’il a lui-même expérimentée : il a été approché par lui et connaît sa force d’amour (Gn 18, 32).
Jésus offre un « contact-prière » avec un Père ! Un Dieu-Père, meilleur que tous les Pères, un Dieu-Amour qui offre aux humains la force de l’Esprit.

Cadeau qui accompagne chacun et chacune d’entre nous pour maintenir notre lien avec lui, tout au long de sa vie : demandons, cherchons, frappons à la porte… porte qu’on nous ouvrira. Et plus nous essayons de nous ajuster à la parole de Dieu, plus Jésus nous incite à réitérer nos appels car la réponse est dans cette quête de l’ajustement.

La prière de demande est importante mais elle n’est pas suffisante ; il nous faut être actifs dans ce monde : « cherchez, vous trouverez », « frappez, on vous ouvrira ». Qui est ce « On » ? Dieu seul ? Dieu et mon prochain ? Dieu à travers celui ou celle qui fera preuve de bonté envers la personne qui frappe à la porte ? Et qui est la personne qui frappe à la porte ? « Père, fais connaître à tous qui tu es » : ainsi, la réponse nous est donnée par son Fils ! C’est d’un Amour ouvert à tous, qui ne nous est pas réservé, dont il est question ici et n’est-ce pas d’un tel amour qu’il nous appartient d’aimer ?

Prions-nous pour les « paumés », les oubliés, ceux qui semblent perdus, des frères et des sœurs qui ont comme perdu la route, ont parfois sombré dans l’obscurité mais que Dieu aime, qu'il est venu sauver, remettre sur les voies de la vie, dans la lumière.
Si nous avons compris que la prière est notre nourriture pour l’action, nous devons nous interroger : est-ce que leur sort nous tracasse vraiment ?

Si le sort de ceux qui sont dans le noir, comme nous le sommes parfois, nous préoccupe vraiment, notre prière se transforme et alors nous pourrons dire avec et pour chaque être humain :

Toi ma Sœur, toi mon Frère
Qui es près ou loin de moi sur la terre,
Que ton nom soit respecté,
Que tu vives une égale dignité,
Que tu puisses être écouté,
Chez nous et partout !
Partage avec nous le pain
Que nous avons.
Pardonne-nous nos manques
Et nos oublis d’amour !
Essaie de nous aimer comme nous sommes
Pour que nous aimions mieux encore.
Amen


Équipe de Pau F.C.E.

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire