Vous êtes ici

« Femmes, soyez soumises…et maris aimez… »

Onglets principaux

Équipe de Pau C-F-E
Mariage
Mariage © miltonhuallpa95 @ Pixabay - Domaine public


Dimanche 22 août 2021 – 21e dimanche du temps ordinaire – Ep 5, 21-32

Cette injonction : « Femmes soyez soumises… » peut surprendre, venant de Paul qui dit aussi : « Il n’y a plus ni homme ni femme, car vous tous vous êtes un en Jésus-Christ. » 

Détachée du contexte historique de l’époque de Paul, cette injonction paraît choquante, inacceptable même. Aujourd’hui, où on connait le nombre de femmes qui meurent sous les coups de leurs maris, cette épître peut-elle encore passer ?

Paul parle à une époque patriarcale… Les femmes sont déjà soumises à leurs maris… Mais pourquoi Paul paraît-il renforcer cet état de fait ?

À la suite du Christ, Paul propose un amour où l’esprit est présent, où ce n’est pas seulement une relation de chair mais un amour où tout dans la personne est engagée. Sans l’esprit, la relation n’est qu’une relation de chair soumise à des pulsions sans respect de l’autre, le plus souvent de la femme.

« Se marier et partager la vie est une belle chose, dit notre Pape François. C’est un voyage exigeant, parfois difficile, parfois aussi conflictuel, mais c’est un risque qui vaut la peine. Pour ce voyage de toute une vie, l’épouse et l’époux ne sont pas seuls. Jésus les accompagne… Dieu a un rêve pour nous, à savoir l’amour, et il nous demande de le faire nôtre. Faisons nôtre l’amour qui est le rêve de Dieu. »

Répondons-nous à un appel à exister avec l’autre, avec les autres ?

Suivre le Christ, c’est suivre un chemin de vie et pour certains le vivre dans le mariage : une réponse à un appel à exister avec l’autre, mari ou femme, en devenant l’un pour l’autre l’image du Christ. C’est l’espérance et la foi que l’Église porte au Christ et que nous portons avec elle.

Paul arrive à la même conclusion que dans le livre de la Genèse : « C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère et s’attache à sa femme, et ils deviennent une seule chair. » (2,24) Mais dans les civilisations de l’Antiquité, c’était la femme qui devait quitter sa famille et se soumettre à l’autorité de la famille de son mari.

Ici, c’est l’homme qui quitte son père et sa mère : ce renversement est rarement souligné pourtant !

L’homme quitte ses parents pour fonder une autre famille, pour créer une nouvelle alliance d’amour. Et le sacrement qui va unir l’homme et la femme fera en sorte que leur alliance devienne le témoignage de l’alliance du Christ et de l’Église. « Ce mystère est grand, dit Paul : je le dis en pensant au Christ et à l’Église. » (v 32)

En recevant cette Parole de Dieu, nous recevons quelque chose de spécial, d’inspirant : dans notre vie, aujourd’hui, nous, chrétiens, avons un grand pas à faire pour rejoindre ce que nous propose le Christ dans l’évangile de Jean et Il nous pose toujours cette question : « Voulez-vous partir vous aussi ? » (Jn 6, 67)

À nous de répondre !


Équipe de Pau – F.C.E.

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire