Vous êtes ici

Être prêt !

Équipe de Pau F.C.E.
coeur loupe
Café l'Amour coeur © pinterastudio @ Pixabay - Domaine public


Dimanche 11 août 2019 – 19e dimanche du temps – He 11, 1-2. 8-19 ; Lc 12, 32-48

« Toujours prêt » : la devise scoute ! Ces mots viennent de la Parole de Dieu, les scouts désirent en vivre aussi : Jésus nous dit d’être prêt, toujours dans une attente active.

Nous aussi soyons prêts à ne jamais être prêts ! Soyons prêts à nous laisser surprendre ! Attendons-nous à l’inattendu !

Abraham et Sarah, comme le dit Paul aujourd’hui, nous ont précédés, avec humour et confiance, sur ce chemin de l’inattendu : par toute leur vie, ils ont vu se réaliser les promesses de Dieu.

Être chrétien n’est donc pas d’abord une affaire de système religieux moralisant, mais de confiance en une parole à laquelle il nous revient de collaborer et qui peut toujours créer l’événement. C’est dans les moments les plus inattendus qu’on peut devenir « serviteur », à notre mesure et avec notre intelligence. C’est parce que nous croyons aux bienfaits du règne de Dieu qu’il nous faut contribuer à son avènement chaque jour davantage. Seule la foi maintient cette évidence ; mais il n’est pas simple de vivre cette foi et d’en rayonner.

Notre monde vit pour et par l’argent mais c’est dans ce monde-là que nous vivons. Notre Église, même si certaines de ses structures honorent la charité, est elle-même trop souvent dans l’ostentation, les stratégies et pour cela, elle se rend dépendante des forces de l’argent. D’autres ne peuvent compter au mieux que sur les bénévoles et leurs associations, comme par exemple les migrants.

Il serait primordial que notre Église aide les plus démunis et utilise ses nombreux réseaux pour cela. Il y a un écart entre l’équilibre des frais de fonctionnement et la volonté de recueillir des fonds pour des causes peu évangéliques. À force de paradoxes, de décalages, où voir le règne de Dieu avec son cortège de bonté, d’humanité, de service, de consolation, d’espérance ? Décentrons notre regard sinon comment dire que nous sommes chrétiens ? Comme le déclare Jean, « celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas. » (1 Jn 4, 20)

Alors qu’attendons-nous ? Continuons à veiller en ce monde, mettons la tenue de service : cherchons au plus profond de chacun de nous, pourquoi pas avec nos amis, nos frères blessés par cette Église plus triomphante qu’évangélique et qui, à cause de cela, s’en sont éloignés ? Recréons des petites communautés d’éveillés qui s’entraident, qui donnent courage aux uns, envie d’aller aux périphéries à d’autres. Quoi de mieux que de lire et partager la parole de Dieu, de s’écouter les uns les autres, pour être prêt à vivre l’inattendu d’une rencontre, d’une situation dans le respect de l’autre et de soi-même ? Dans ta miséricorde, Seigneur, accompagne-nous sur tes chemins !

Mais voilà que le maître dont la venue est annoncée vient : il revêt lui-même la tenue de service et devient le serviteur des serviteurs. Mais qui servira-t-il ?
 

Équipe de Pau F.C.E.

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire