Vous êtes ici

Dieu est bon envers tous

José Antonio PAGOLA
vendangeurs
vendangeurs © Mpmpmp @ Creative Commons (CC BY-SA 3.0)


Dimanche 20 septembre 2020 – 25e dimanche du temps – Mt 20, 1-16 

C’est sans doute l’une des paraboles les plus surprenantes et provocatrices de Jésus. On l’appelait autrefois la « parabole des ouvriers de la vigne ». Cependant, le protagoniste est le propriétaire du vignoble. Certains chercheurs l’appellent aujourd’hui « parabole de l’employeur qui voulait du travail et du pain pour tous ».

Cet homme se rend personnellement sur la place pour embaucher divers groupes de travailleurs. Les premiers à six heures du matin, les autres à neuf heures, plus tard à midi et à trois heures de l’après-midi. Il embauche les derniers à cinq heures du soir, alors qu’il ne (lui) reste qu’une heure pour terminer la journée.

Son comportement est étrange. Il n’est pas coincé par l’urgence de la vendange. Ce qu’il veut, c’est que ces gens-là ne restent pas sans travail. C’est pourquoi il sort même à la dernière minute pour donner du travail à ceux que personne n’a appelés. Et c’est pourquoi, à la fin de la journée, il donne à chacun la pièce d’argent dont il a besoin pour pouvoir dîner ce soir-là, même à ceux qui ne l’ont pas méritée. Lorsque les premiers protestent, voici sa réponse : « Allez-vous être jaloux parce que je suis bon ?»

Que suggère Jésus ? Que Dieu n’agit pas selon les critères de justice et d’égalité qui sont les nôtres ? Est-ce vrai qu’au lieu de calculer les mérites des gens, Dieu cherche à répondre à nos besoins ? Il n’est pas facile de croire en l’insondable bonté de Dieu dont Jésus parle. Plus d’un peut être choqué que Dieu soit bon pour tous, qu’ils le méritent ou non, qu’ils soient croyants ou agnostiques, qu’ils invoquent son nom ou qu’ils vivent le dos tourné vers lui. Mais Dieu est comme ça. Et le mieux est de laisser Dieu être Dieu, sans le réduire à nos idées et à nos schémas.

L’image que beaucoup de chrétiens se font de Dieu est un « conglomérat » d’éléments hétérogènes et même contradictoires. Certains aspects viennent de Jésus, d’autres du Dieu justicier de l’Ancien Testament, d’autres de leurs propres peurs et fantasmes. Alors la bonté de Dieu envers toutes ses créatures est perdue ou déformée.

L’une des tâches les plus importantes dans une communauté chrétienne sera toujours celle d’approfondir l’expérience de Dieu vécue par Jésus. Seuls les témoins de ce Dieu répandront une espérance différente à travers le monde.


José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire