Vous êtes ici

Le Christ Roi de l’univers

Hubert CORNUDET
Christ Roi de l’univers
Christ Roi de l’univers !© toja33 @ Pixabay - Domaine public


Dimanche 24 novembre 2019 – Le Christ Roi de l’univers – 2 S 5, 1-3 ; Col 1, 12-20 ; Lc 23, 35-43

Le christianisme primitif n'a jamais insisté pour proposer de vénérer le Christ avec ce titre de Roi. C'est Pie XI qui institua cette fête en 1925.
Voici ce qu'il déclarait :
"Une fête célébrée chaque année chez tous les peuples en l'honneur du Christ-Roi sera souverainement efficace pour incriminer et réparer en quelque manière cette apostasie publique, si désastreuse pour la société, qu'a engendrée le laïcisme. Dans les conférences internationales et dans les parlements, on couvre d'un lourd silence le nom très suave de notre rédempteur ; plus cette conduite est indigne et plus haut doivent monter nos acclamations, plus doit être propagée la déclaration des droits que confèrent au Christ sa dignité et son autorité royales."

Vous aurez remarqué les motivations à caractère politique sans doute influencées par les accords de Latran qui seront imposés par le régime pagano-fasciste de Mussolini. En fait la conviction fondamentale est la suivante : rien en ce monde n’est porteur de paix, de dignité et d'épanouissement si les hommes, les familles et les nations ne se mettent sous la bannière du Christ-Roi.
Vous conviendrez cependant avec moi que malheureusement il ne suffit pas de brandir l'étendard du Christ ou de placer un crucifix quelque part pour être assurés de bâtir la paix et la concorde entre les hommes ! Je vous concède que c'est un peu facile de prendre des distances et d'ironiser sur cette fête. Les choses sont plus subtiles : en effet nous pressentons que le malaise qu'a l'Église pour entretenir son rapport avec le monde est réel. En effet l'Église est tiraillée entre deux tendances :
- Admettre humblement qu'elle n'a pas le monopole sur le salut des hommes et maintenir ainsi l'absolue gratuité du don de Dieu ;
- Ne pas se taire au nom de sa mission, de sa foi et du long compagnonnage qu'elle a avec les hommes au cours de l'histoire.

C'est avec en toile de fond ce type de problématique – qui sera contemporaine à toutes les époques – que cette fête a été instituée.


Hubert Cornudet

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Commentaires
MARTIN

Les accords de Latran "imposés" par Mussolini au Saint-Siège ? Vraiment ? C'est aussi l'avis de la CCBF ?
Quant à la "conviction fondamentale" du pape dont vous nous faites part ici, contrairement à ce que vous dites Hubert Cornudet, elle est toujours la même de la part de Rome depuis le IVe siècle : Nisi solus colatur, iste non colitur. La dignité et l'autorité royales ? même revues et corrigées par vos bons soins pour les rendre plus aimables, nous savons bien ce qu'elles recouvrent.

Ajouter un commentaire