Vous êtes ici

Un évènement : le1er Prix Littéraire de la Conférence

Le Prix Littéraire de la CCBF est décerné chaque année, non par un comité restreint, mais par un vote de l’ensemble des adhérents qui choisissent parmi les « bons livres » sélectionnés au cours des mois précédents par un comité de lecture.

Le 1er Prix Littéraire a été attribué au livre de Jean-Paul Vesco intitulé « Tout amour véritable est indissoluble » publié aux Editions du Cerf. L’auteur est l’évêque d’Oran et il remet en cause le refus par l’Eglise d’accorder tout sacrement aux personnes divorcées et remariées. Il estime tout d’abord que s’il y a amour véritable dans une seconde union, il est ainsi créé un lien aussi indissoluble que dans le premier mariage, même si ce lien n’est pas sacramentel. Puis il apporte dans le débat une distinction du droit pénal entre les infractions instantanées et les infractions  continues qui devrait s’appliquer dans le cadre du droit canon. L’infraction instantanée, un meurtre par exemple, se déroule en un temps limité et identifié. En revanche l’infraction continue, telle qu’un vol avec recel, se prolonge indéfiniment dans le temps, tant qu’il n’est pas mis fin à la situation répréhensible.

L’Eglise définit le mariage après divorce comme une infraction continue et comme telle, tout pardon devient impossible. Mgr Vesco pense au contraire que l’infraction est instantanée car il s’agit d’une action unique de la volonté, même si elle entraine des conséquences permanentes et même définitives. Ce second « oui » reflète une volonté de vivre et réussir une relation dans laquelle on a un jour décidé de s’engager même de manière gravement fautive.

Par cet argumentaire, Monseigneur Vesco propose d’assouplir la discipline actuelle et il préconise, en s’inspirant de la pratique orthodoxe, de mettre en place pour les divorcés remariés un chemin de pénitence qui mènerait à un nouvel accès aux sacrements.

Ce Prix lui a été remis le 22 janvier au couvent de l’Annonciation des dominicains à Paris. Au cours de cette manifestation, il a pu présenter ses thèses telles qu’il les avait développées au cours du Synode sur la famille d’octobre 2015 et évoquer les prises de position réciproques des différents intervenants.

 

Ajouter un commentaire