Vous êtes ici

Spotlight

Cécile Rocca
PopMovies

Film de Tom McCarthy, sorti en salle le 27 janvier 2016

Synopsis (source Allo Ciné)

Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Église Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que l’Église Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

Je sors du cinéma.

Émue. Émue par l’assemblée, une grande salle pleine à craquer. Ils sont jeunes. Ce n’est pas l’assemblée paroissiale où se retrouvent nos têtes grisonnantes. À la fin du film, ils applaudissent.

Je suis chrétienne, catholique, et je viens de voir ce film. Un bon film. Tout au long, une équipe de journalistes cherche à faire la vérité, à faire surgir la lumière, à tirer les fils qui leur permettront de faire découvrir un drame caché. Des dizaines de prêtres pédophiles à Boston, des centaines de victimes, et une cloche de silence et de complicités. Des chiffres à faire frémir. 6% des prêtres seraient pédophiles. Et puis, on voit les victimes. Des êtres qui des années après restent abîmés dans le plus précieux d’eux : la confiance, la spiritualité, l’intime.

Le film montre le cheminement de la vérité, et comment elle était cachée. Pour protéger une structure ecclésiale qui était importante pour beaucoup. Avec ses valeurs, ses établissements divers, ses réseaux…

On montre la manière de résoudre par des mutations discrètes. On montre le silence demandé aux familles… Ce n’est pas un film voyeur. Mais il montre le drame qui surgit peu à peu.

Sur ce drame de la pédophilie, Jean-Paul II a lui-même mis le couvercle pendant des années. J’ai entendu aussi André Vingt-Trois, archevêque de Paris, dire qu’il s’agissait d’attaques contre l’Église… Et s’il y a une chose dont je suis reconnaissante à Benoit XVI, c’est cette phrase dans ce contexte de dénonciation de la pédophilie : « La grande persécution contre l’Église ne vient pas d’ennemis extérieurs, mais du péché, à l’intérieur, qui se manifeste de façon terrifiante. »

À la sortie de ce film, la nausée me prend pour l’Église à laquelle j’appartiens. Sur les silences et le secret. Sur mes amis prêtres qui vivent ou ont vécu en couple, ou presque, mais dans le secret. Sur les petits arrangements et les gros mensonges.

Où est le message évangélique ? Comment dénoncer le mal et faire la vérité sans jeter avec le Christ ? Comment l’Évangile a-t-il pu engendrer cette Église ? Quelles complicités et petits silences couvre-t-on au jour le jour ? Dans le film, même les journalistes se rendent compte qu’ils ont évité de voir lors des premiers signalements… Et nous, osons-nous assez parler ? dire ? dénoncer ?

Je revois cette assemblée de jeunes qui applaudissaient le film. Comment leur dire : je suis croyante ? Comment leur dire que l’Évangile est une bonne nouvelle, qu’on y parle d’amour et d’espérance. Qu’il nous ouvre un chemin.

C’est un grand silence qui me tombe dessus. Et j’applaudis avec eux.  

Cécile Rocca

Mot-clefs: 
pédophilie
Ajouter un commentaire