Vous êtes ici

Promotion pour le Royaume : devenez pêcheurs d’homme !

Dominique VIRENQUE
Lulu97417 (Travail personnel prise par moi meme) / Wikimedia Commons

Dimanche 22 janvier 2017 – 3e dimanche du temps – Mt 4, 12-23

Si de nos jours, un demandeur d’emploi découvrait sur le site de Pôle Emploi cette annonce : « Promotion pour le Royaume : devenez pêcheurs d’hommes », il entrerait dans une perplexité anxieuse : c’est quoi ce boulot ? Combien d’années d’études ? Il va falloir faire une sacrée formation ! Je pêche un peu à la ligne, sans grand succès… et pêcheur serait une promotion ? C’est bien payé ? On travaille en équipe ? C’est qui le patron ? Et l’annonce se termine par une phrase plus étonnante encore : « Reconversion facilitée si on habite la Galilée, pas loin du lac de Tibériade. Pour tout détail complémentaire, contactez Jésus, chef d’équipe ou relisez l’Évangile de Mathieu. »

Ce n’est pas gagné ! Voyons le parcours et les paroles de Jésus, le chef d’équipe. Il a déjà fait des kilomètres lorsqu’il arrive en Galilée ; après un baptême dans l’eau du Jourdain puis un séjour dans le désert, le voici sur le rivage du lac de Tibériade.

La mer de Galilée me reste en mémoire, les amis, par ses contrastes de couleurs en bleu et rose. Le soir, des bateaux à lampions chantent et dansent entre la lune et le reflet des eaux. Aucune trace de barque ni de pêcheurs de poissons. Mais si je vois bien ce que Jésus a vu là, je reviens à cet appel adressé aux pêcheurs ; se sont-ils tous reconvertis depuis qu’il en a appelé quelques-uns ?

Le scénario de l’appel se répète. Il les voit, il nomme Pierre, les invite à venir à sa suite, leur fait cette nouvelle promesse : « Je vous ferai pêcheur d’hommes. » Immédiatement, ils laissent filets et barques pour le suivre.

C’est au bord d’une eau vive traversée par le fleuve que se produit le premier appel. Chez les Juifs, le bain rituel du miqveh doit avoir lieu dans une eau vive ; une immersion-conversion... Les eaux s’écrivent « mayim » en hébreu, le pluriel de « ma » exprime la question, le « quoi ? ». Et, si pour accéder à la vie, il faut plonger dans un bain de questions vives, en voici quelques-unes : comment et pourquoi ont-ils accepté de suivre Jésus si spontanément ? Lui faisaient-ils déjà confiance ? Peut-être en avaient-ils déjà entendu parler, peut-être la confiance s’est-elle installée petit à petit ? En tout cas, la confiance est là ! Et si c’était ça être « pêcheurs d’hommes » : plonger avec confiance dans un bain de questions rafraichissantes et vivifiantes ? Le chef d’équipe ne propose-t-il rien d’autre que de se mettre en question en le suivant ? 

Qui sont les pêcheurs d’hommes aujourd’hui ? Faut-il être estampillé « disciple du Christ » pour exercer ce métier ? Je crois que beaucoup sont appelés et beaucoup ont déjà répondu, dans l’Église et hors de l’Église. La capacité à nous mettre en question avec d’autres, sur de vrais sujets touchant à notre humanité, à nos relations au monde tel qu’il est, à notre foi, nous permet de partager fragilité et incertitude et de parcourir, ensemble, un chemin de conversion. L’attachement au Christ, qui entre en relation souvent par un questionnement, nous invite à être attentifs, à ne pas assener de solutions, de réponses toutes faites, mais à nous ouvrir à l’autre avec ce regard qui fait confiance « a priori », facilite la relation et permet à l’autre de dévoiler ses questionnements. D’abord pêcheur de poissons, retenus dans des nasses et sortis de l’eau pour être mangés ; puis pêcheur d’hommes, pour emmener à sa suite tous ceux qui avec lui auront plongé dans le bain des questions. Tout le travail est là !

L’annonce de Pôle emploi deviendrait alors : « Pêcheurs d’hommes pour le Royaume : vous qui habitez le monde, vous tous humains dont la vie nécessite absolument de faire confiance et de susciter la confiance, cette reconversion vous est proposée par Jésus le Christ. Ne craignez pas l’épuisement, l’insécurité, le renoncement à vos certitudes. Travailler pour le Royaume : une source vive et inépuisable de plaisir ! »
 

Dominique Virenque

Rubrique du site: 
Commentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire