Vous êtes ici

Marthe et Marie

Hubert Cornudet
Johannes Vermeer [Public domain], via Wikimedia Commons

Dimanche 17 juillet 2016 – 16e dimanche du temps – Gn 18, 1-10a ; Luc 10, 38-42

Que serait ce monde sans les "Marie" d'aujourd'hui, sans ceux et celles qui, tous les jours dans des monastères, des abbayes ou dans leur chambre, se mettent à l'écoute du Seigneur ?
Les médias s'intéressent davantage aux "Marthe" publiques et notre Église a toujours tendance à faire et parfois à oublier de se taire.

L’épisode du chêne de Mambré, dans le livre de la Genèse, si bien évoqué par Roublev et plus tard Chagall, décrit un Dieu insaisissable qui pourtant se fait proche et s'invite chez Abraham. Comme avec la Samaritaine, c'est l'heure la plus chaude du jour et Abraham propose aux visiteurs de faire une pause. Les rencontres décisives dans la Bible ou le Nouveau Testament laissent une place importante au repas et au nourrir. Le fils aîné de la parabole de l'enfant prodigue restera dehors, les pèlerins d’Emmaüs Le reconnaîtront à la fraction du pain, les nombreuses paraboles de Jésus, les multiplications des pains, le Dieu Très-Haut ou Jésus s'invite chez Zachée et chez Marthe et Marie.

Repas, nourriture et rencontre ! Que cherche Luc en racontant cet épisode qui n'est pas si simple pour les exégètes. Marthe est-elle la sœur de Lazare, relevé de la mort chez St Jean ? Marie est-elle celle que Juda a critiquée car elle versait un nectar d'un grand prix sur Jésus (Jn 12,7) ?

Marthe n'avait pas, semble-t-il, une cuisine à l'américaine, ce qui lui aurait permis d'écouter et en même temps de préparer le repas. Le temps pour écouter ! Quel sujet de prédilection pour un prédicateur de retraite qui risque de nous culpabiliser car, bien entendu, il y a du Marthe en chacun de nous !

Qu’est ce qui prime ? La cène ou la prédication ? Marie est elle oisive ? C’est l’écoute qui prime pour ne pas tomber dans l’agitation. Néanmoins la tentation est grande de partir de cet épisode pour opposer le spirituel et le matériel. Il n’y a pas de supériorité de la vie religieuse. Apostolique et contemplative ! Ora et Labora chez Saint Benoit !

Je suis frappé par le fait que Marthe ne se soit pas adressée à Marie ; le dialogue entre sœurs n'est pas toujours simple ! Jésus s'adresse à Marthe et seulement à Marthe. « Marthe, Marthe », répétition pleine d'affection destinée à montrer à Marthe qu’il entend son angoisse et son souci pour que la maison tourne parfaitement. Pourtant Jésus va lui laisser entendre qu’il est possible et même souhaitable qu’elle se dégage de ses préoccupations matérielles et domestiques. C’est souvent notre difficulté de quitter aussi nos téléphones portables, nos ordinateurs, nos télévisions ou autres pour prendre de vraies pauses sans pour autant délaisser nos multiples occupations.

Marthe est tracassée, elle se décarcasse et finalement elle va craquer : « Cela ne te fait rien ? », « tu t’en moques ? »

Non, Jésus ne se moque pas de nous. En répondant à Marthe il ne la critique pas. Il lui indique comment se débarrasser de ce qui la tourmente et du coup nous devenons à notre tour les bénéficiaires du conseil vital pour équilibrer notre vie à la lumière de la foi.

Hubert Cornudet, op

Rubrique du site: 
Commentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire