Vous êtes ici

Dans l’urgence, un appel et un cri !

Bernard HANCE

Le 18 septembre 2014, au nom du Comité Interreligieux de Cergy Pontoise, j’envoie un courrier aux responsables de culte juif, chrétien et musulman du Val d’Oise, les sollicitant pour mettre en place un espace de dialogue permanent, témoignage activant l’esprit et la volonté de vivre ensemble avec et dans le respect des différences : vivre en paix, facteur de cohésion sociale.

La seule réponse reçue de l’évêque, datée du 14 novembre 2014, disait : « Vous imaginez bien que, pour ma part, je suis en contact régulier avec les responsables des autres cultes. »

Le 28 avril 2015, les 5 sénateurs et les 10 députés du Val d’Oise sont sollicités pour agir sans délai auprès de leurs collègues et, ensemble, auprès des grands responsables politiques, économiques et sociaux pour redonner à l’Homme sa place au centre des intérêts politiques, économiques et sociaux. Le Préfet et les responsables de culte du Val d’Oise ont été mis en copie. Seuls 3 députés et 2 sénateurs ont répondu.

Pour autant, face aux situations dramatiques que nous vivons actuellement, n’y a-t-il rien à faire ?

L’Homme est-il un loup pour l’Homme par l’émergence d’une meute d’individus sans foi ni loi ? L’humanité, remplacée par l’inhumanité, engendre, de ce fait, un vide dans lequel s’engouffre(nt) cette ou ces meute(s).

Mon Église me demande de prier Dieu pour que cette situation cesse et que l’Homme soit respecté dans son droit à vivre libre, son droit à la différence. Seulement Dieu ne fait pas à la place de l’Homme car Il respecte la liberté qu’Il lui a donnée en le créant. Ce qui me semble vouloir dire que la prière est une condition nécessaire mais insuffisante si l’Homme ne prend pas sa part dans le « faire ». Ceci me rappelle une méditation de frère Roger de Taizé : « Jésus notre joie, quand nous comprenons que tu nous aimes, quelque chose de notre vie est apaisé et même transformé. Nous te demandons : "Qu’attends-tu de moi ?" Et, par l’Esprit Saint, tu réponds : "Que rien ne te trouble, je prie en toi, ose le don de ta vie." » Voilà résumé ce que Jésus nous demande : prier et faire.

Dans l’époque que nous vivons, il n’y a plus ni juifs, ni chrétiens, ni musulmans, ni autres, il y a des hommes, des femmes, des enfants, une Humanité en danger et pour la survie de laquelle il y a nécessité et urgence de mettre en place une dynamique pour vivre ensemble, non pas les uns à côté des autres, même dans la tolérance, mais les uns avec les autres. Nous sommes tous différents, c’est ce qui fait notre richesse, mais nous sommes tous d’une même famille : la famille des Hommes, chefs d’œuvre de la Création.

Prendre vraiment conscience de cela devrait être suffisamment motivant pour oser s’engager, oser faire, oser le don de sa vie à la suite de frère Roger de Taizé. Prendre ainsi conscience de l’importance de conjuguer nos énergies, au-delà de nos différences, pour bâtir la paix et être porteurs d’espoir. Suffisamment motivant pour participer aussi à la prise de conscience de l’importance de remettre l’Homme au centre des intérêts politiques, économiques et sociaux, ce qui me paraît urgent pour restaurer la confiance et donner espoir en l’avenir. L’Homme a plus de valeur qu’un puits de pétrole.

C’est dans ces conditions que pourront être combattus les discours de faux espoirs qui séduisent de plus en plus de jeunes notamment, jeunes en recherche de sens de leur existence, de moyens pour vivre et aussi d’idéal, de rêve et d’absolu.

Seigneur, enveloppe-nous tous dans ta lumière. Que ta lumière nous pénètre au plus profond de nous dans tout son éclat pour qu’elle nous indique la direction du chemin d’amour et de paix que tu souhaites nous voir prendre et qui conduit vers toi.

Seigneur, ne laisse pas détruire ta Création mais utilise-nous pour que nous fassions ce que tu souhaites et que l’Esprit Saint soit notre force communicante et convaincante.

 

Osny, le 28 août 2015

Bernard Hance

Mot-clefs: 
paixpriere
Ajouter un commentaire