Vous êtes ici

Lettre ouverte aux instances d'Église

Conférence Catholique des Baptisé-e-s de Lyon
Lettre ouverte
Lettre ouverte @ Pixabay - Domaine public


Les membres de la CCB-Lyon exercent pleinement leur ministère de baptisé-e-s : ils alertent différentes instances d'Église à propos de la nomination du prochain évêque de Lyon.

La situation est telle que cette nomination se doit d'être un signal fort de conversion adressé au pays tout entier. Voici la lettre que la CCB-Lyon adresse à ce propos aux instances d'Église en charge de cette nomination à venir. N'hésitez pas à relayer largement cette lettre !

Article. 212 du code de droit canon :

§ 2. Les fidèles ont la liberté de faire connaître aux Pasteurs de l'Église leurs besoins surtout spirituels, ainsi que leurs souhaits.

§ 3. Selon le savoir, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l'Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l'intégrité de la foi et des mœurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l'utilité commune et de la dignité des personnes.

Conférence Catholique des Baptisés de Lyon

(CCB-Lyon)

 

Nonciature Apostolique en France

10 rue du président Wilson

75016 Paris

 

S.Em. le cardinal Marc Ouellet

Piazza Pio XII,10

01193Roma

Le 20 novembre 2019

 

Père,

 

Un nouvel évêque sera sans doute nommé dans les prochains mois par le pape François pour le diocèse de Lyon, le mandat d’administrateur apostolique donné à Michel Dubost étant temporaire. Alors s’ouvrira une autre page de l’histoire du diocèse de Lyon.

Nous sommes des catholiques lyonnais qui entendons formuler publiquement notre point de vue sur cette future nomination, comme nous y invite le droit canon (212-2 et 3).

Depuis de longues années notre diocèse est soumis à de rudes épreuves qui ont toutes trait à sa gouvernance particulièrement verticale. Nous pouvons mentionner la gestion plus que maladroite des affaires de pédocriminalité et la suppression de lieux de parole, d’expression et d’action, tels que le conseil des laïcs ou la délégation aux mouvements et associations de fidèles.

Nous pouvons aussi nous interroger sur le retour d’une religiosité envahissante.

Pourtant notre diocèse a une très longue tradition d’humanisme portée par une culture affirmée du débat. Elle est marquée par de grands noms de clercs et de laïcs (Frédéric Ozanam, Antoine Chevrier, Gabriel Rosset, Paul Couturier…), dont le poids de la présence a souvent dépassé les rives du Rhône et de la Saône.

Relisant cette tradition et nous appuyant sur l’élan et les directions du concile Vatican II, nous demandons que la solution de cette crise marque un changement profond de gouvernance sur le principe de la synodalité – hors d’un processus strictement clérical – sur laquelle notre pape veut ramener l’Église.

Par une gouvernance renouvelée de notre Église locale nous demandons que les rôles et places respectifs des clercs et des laïcs soient réévalués et réajustés. Nous pensons particulièrement aux rôles et responsabilités des femmes, plus largement à ceux des laïcs et associations et mouvements de fidèles.

L’avenir de notre diocèse doit être construit sur ces bases nouvelles et traditionnelles où la confiance permettra de dépasser les clivages destructeurs de perspectives et de communautés.

Fraternellement,

Conférence Catholique des Baptisé-e-s de Lyon

Rubrique du site: 
Les actualités
Ajouter un commentaire