Vous êtes ici

L’autre, un frère !

Hubert Cornudet

Dimanche 4 septembre 2016 – 23e dimanche du temps – Phm 9b-10.12-17 ; Luc 14, 25-33

L’autre, un frère !

Dans notre monde agressif et agressé, dans nos responsabilités professionnelles, savons-nous toujours regarder l’autre comme un être humain et le respecter comme tel ?

Paul en appelle à Philémon sur le regard et la relation qu'il entretient avec Onésime, que Paul a baptisé. C'est un pas considérable que Paul demande : ton ancien esclave est désormais ton frère dans le Christ ; tires-en les conséquences !

Quand vous songez qu'on a tout fait pour que les soldats issus des anciennes colonies françaises ne soient pas visibles au moment de la Libération de la France à la fin de la IIe guerre mondiale, alors qu'ils avaient versé leur sang comme les autres, je me dis que nos racines chrétiennes étaient bien peu profondes pour que de telles décisions politiques racistes aient été prises dans le pays des droits de l'homme !

Oui, l’autre : comme un frère… voilà la rupture ! Oui, l’autre : comme de ma famille… voilà l’exigence !

Il n'y a pas d'appareil à mesurer la foi, et certainement pas celle des autres. Par contre nous pouvons pressentir la place qu'elle tient dans nos vies à l'aune de nos relations. On ne naît pas chrétien, on le devient !

Le Lectionnaire n'a pas osé traduire ce que Jésus demande ; il parle de haïr ses parents !

Il est donc bien question de feu sur la terre.

Dieu crée en tranchant dans le confus, dans le chaos mais aussi dans le fusionnel. Dieu coupe les cordons ombilicaux qui gardent les sujets en dépendance. Dieu tranche dans le langage unique, dans la pensée unique de Babel, qui aujourd'hui est représentée par Google, Wilkipedia, Mc Donald, ou bien toutes les imbécilités que les infos débitent.

C'est une image forte : oui sa parole est dure, elle sépare et met à nu les pensées secrètes, elle fouille les intentions cachées.

C'est un combat contre l'esprit du monde. Martin Luther King, l'abbé Pierre, Desmond Tutu : nous les admirons à juste titre. Puissions-nous avoir un peu de courage à leur exemple pour ne pas succomber à la tentation permanente de la compromission. C'est valable pour nous individuellement mais aussi pour l'Église. Si les récents papes ont dénoncé et dénoncent les injustices économiques, climatiques ou autres, sommes-nous certains que dans tous les pays du globe l'Église ne se compromet pas avec des pouvoirs corrompus ? Je rappelle que quand Vichy a pris des décrets ignobles contre les juifs, un seul évêque, Mgr Salièges à Toulouse, s'est publiquement exprimé pour dénoncer cette ignominie. Il me semble que la fin historique du christianisme comme religion civile en Occident est une chance pour la foi. Certes le témoin ne pourra faire l'économie de la croix. Vous êtes dans le monde mais vous n'êtes pas du monde !

H. Cornudet

Rubrique du site: 
Commentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire