Vous êtes ici

La fraternité : un défi pour l’Église

Patrice SAUVAGE
Fratelli Tutti


Alors que le pape François a publié il y a déjà plus d’un mois une encyclique particulièrement stimulante et enthousiasmante sur la fraternité, il ne semble pas que les responsables de l’Église de France en aient fait grand cas si l’on en juge par le compte-rendu de la dernière assemblée plénière des évêques (qui n’en parle pas) et par la polarisation de beaucoup d’entre eux sur l’autorisation des messes. Il est vrai qu’il a fallu attendre près de cinq ans pour que Laudato Si’ soit mise en œuvre, mais dans le cas présent il ne devrait pas s’agir d’un thème nouveau puisqu’il avait donné lieu en 2013 à la démarche Diaconia/Servons la Fraternité [1] !

Cette encyclique Fratelli Tutti, dont je propose ci-après une relecture très partielle [2], ne s’adresse certes pas qu’aux chrétiens, mais elle leur donne néanmoins mission de faire avancer la société dans ce sens. Nos contemporains auraient tort en effet de considérer ce texte comme un catalogue de vœux pieux, comme une utopie totalement irréaliste, même si, de fait, le pape a bien voulu admettre qu’en écrivant cette encyclique il a décrit un rêve, à la manière de Martin Luther King !

Le rêve de la fraternité

Dans son introduction, il dit bien souhaiter que « face aux manières diverses et actuelles d’éliminer ou d’ignorer les autres, nous soyons capables de réagir par un nouveau rêve de fraternité et d’amitié sociale qui ne se cantonne pas aux mots » (n°6) et il conclut ainsi son texte : « Que Dieu inspire ce rêve à chacun d’entre nous » (n°287).

Ce rêve d’une société fraternelle, c’était aussi celui de saint François d’Assise pour qui il s’agissait, selon Éloi Leclerc, de « rejoindre d’autres êtres dans leur mouvement propre, non pour les retenir à soi, mais pour les aider à devenir un peu plus eux-mêmes » (n°4), cette « fraternité ouverte » (n°1) étant celle dont il a témoigné plus particulièrement en allant rencontrer le sultan d’Égypte. Le pape a voulu, en quelque sorte, s’inscrire dans les pas de saint François en lançant précédemment l’appel d’Abu-Dhabi avec le grand imam Ahmad Al-Tayyeb, appel qui est reproduit à la fin de l’encyclique (n°285).

Alors que notre monde est marqué – nous dit-il dans un premier chapitre très critique sur la mondialisation néo-libérale – par une culture de violence et de peur, de « murs » (n°27), du « tous contre tous » (n°36), où « la personne humaine est traitée comme un moyen, et non comme une fin » (n°24), il s’agit de repartir du principe de « l’égale dignité de tous les êtres humains, solennellement proclamée il y a soixante-dix ans » (n°22). Parmi les valeurs à promouvoir se trouve particulièrement mis en évidence le dialogue auquel tout un chapitre est consacré (le 6e), en lien avec l’« amitié sociale » ou encore l’hospitalité réciproque. Le pardon est également une composante essentielle de la fraternité, mais il n’est pas à confondre avec l’oubli, ni avec l’absence de conflits, qui sont inévitables même entre frères et sœurs (236-254). À noter enfin que cette fraternité ouverte doit aussi préserver les identités : « il n’y a d’ouverture entre les peuples qu’à partir de l’amour de sa terre » (n°143), il s’agit d’« élargir son regard […] sans s’évader, sans se déraciner » (n°145).

Tous ces principes qui a priori font l’objet d’un certain consensus ont cependant, souligne le pape à plusieurs reprises, un fondement anthropologique commun qu’il illustre avec la parabole du Bon Samaritain (2e chapitre) : l’appel à la fraternité est « une loi fondamentale de notre être » (n°66), car « la vie n’est pas un temps qui s’écoule, mais un temps de rencontre » (n°66). « Faits pour l’amour, nous avons en chacun d’entre nous une ‘loi d’extase’ : sortir de soi-même pour trouver en autrui un accroissement d’être. » (n°88) S’engager dans la fraternité, c’est donc choisir la vie, mais une vie en plénitude : c’est un chemin spirituel en tant que tel.

Priorité aux petits

Cependant, un autre ancrage de la fraternité est également souligné dans ce texte à plusieurs reprises : « l’amour préférentiel pour les derniers » (n°187), car une tentation de la vie fraternelle pourrait être de la vivre uniquement avec ceux qui nous plaisent, qui sont du même milieu ! La fraternité telle que la conçoit le pape François – et telle qu’elle a été vécue en 2013 dans la démarche Diaconia – doit faire en sorte que les pauvres soient « découverts et valorisés dans leur immense dignité, respectés dans leur mode de vie et leur culture, et par conséquent vraiment intégrés dans la société » (n°187), car « ce n’est pas perdre son temps que d’aimer le plus petit des hommes comme un frère, comme s’il était seul au monde » (n°193) !

Mais cet amour des plus petits d’entre nos frères ne doit surtout pas se vivre en surplomb, dans une logique assistancielle : il s’agit de dépasser « cette idée de politiques sociales conçues comme une politique vers les pauvres, mais jamais avec les pauvres, jamais des pauvres » (n°169), d’où la nécessité de soutenir les « mouvements populaires », ces associations qui favorisent la citoyenneté des exclus, qui les fait participer à la construction d’un avenir commun. C’est une dimension importante de l’utopie fraternelle à laquelle nous devons absolument nous former pour que notre fraternité soit vraiment universelle, car décidément « nous sommes analphabètes en ce qui concerne l’accompagnement, l’assistance et le soutien aux plus fragiles » (n°64) !

« Comme ce serait merveilleux, alors qu’on découvre de nouvelles planètes, de redécouvrir les besoins de nos frères et sœurs qui tournent en orbite autour de nous » (n°31) ! Parmi eux figurent bien sûr les migrants, dont il faut « respecter le droit de trouver un lieu [où chacun d’entre eux] puisse se réaliser intégralement comme personne » (n°129) et François de rappeler les quatre actions à mettre en œuvre à leur égard, qui figuraient dans sa dernière lettre pour la journée des migrants : « accueillir, protéger, promouvoir et intégrer » (n°129). Dans le contexte sécuritaire actuel, cela peut apparaître à nos contemporains comme une utopie, totalement irréaliste !

Le rôle des chrétiens

Mais si les chrétiens ne croient pas à cette culture de l’accueil inconditionnel et du dialogue, qui va bien pouvoir y croire ? Car, nous dit François dans le dernier chapitre de l’encyclique, « sans une ouverture au Père de tous, il n’y aura pas de raisons solides et stables à l’appel à la fraternité » (n°272) ; la raison raisonnante ne peut en effet à elle seule créer la fraternité, dont la dimension spirituelle lui échappe.

Les Églises, comme les autres religions, ont donc un rôle essentiel à jouer dans la promotion d’une telle culture, « car il doit y avoir une place pour la réflexion qui procède d’un arrière-plan religieux, recueillant des siècles d’expérience et de sagesse » (n°275). Pour sa part, l’Église catholique « ne peut cesser de réveiller les forces spirituelles qui fécondent toute la vie sociale » (n°276), elle doit être « une maison avec les portes ouvertes » (n°276) : « nous voulons être une Église qui sort de chez elle, qui sort de ses temples, qui sort de ses sacristies, pour accompagner la vie, soutenir l’espérance, être signe d’unité, pour établir des ponts, abattre les murs, semer la réconciliation. » (n°276)

Cette Église en sortie, encore faut-il qu’elle manifeste dans sa pratique interne ce « primat de la relation, du mystère sacré de l’autre » (n°277) : où en sommes-nous dans cette culture du dialogue, alors que règne trop souvent dans nos paroisses le cléricalisme ? Sommes-nous vraiment un lieu d’amitié sociale, qui ne cache pas les conflits, mais pratique l’écoute et le pardon ? Les plus pauvres, les migrants sont-ils valorisés et intégrés dans nos communautés, reconnaissons-nous en eux la présence du Christ ?

Nous aussi, nous sommes « analphabètes » à cet égard et « c’est pourquoi il est important que la catéchèse et la prédication incluent plus directement et clairement le sens social de l’existence [et] la dimension fraternelle de la spiritualité » (n°86). Dans chaque paroisse ou mouvement chrétien, il serait souhaitable que des groupes de travail étudient cette encyclique en détail pour que tous puissent s’en nourrir et que des relations plus étroites soient nouées avec les « mouvements populaires » qui mettent en exergue la citoyenneté des personnes en situation de précarité (comme ATD Quart Monde par exemple).

Tout un programme, toute une perspective qui peut redonner du sens à notre vie en tant que « peuple de Dieu » – la notion de peuple si chère à notre pape François et qui parcourt toute l’encyclique. En définitive, il s’agit bien, comme le propose notre présidente, de parler enfin tous ensemble, en Église, « de spiritualité fraternelle, de cette spiritualité qui n’est jamais en surplomb et qui est d’abord une quête. C’est là que se tient Jésus par sa parole qui est acte » [3].


Patrice Sauvage


[1] Cf. mon livre Quand l’Église se fait Fraternité. Une relecture de la démarche « Diaconia », éd. Franciscaines 2014

[2] Pour une synthèse plus complète de l’encyclique, cf. Bernard Rivière, « Un rêve de fraternité pour un monde blessé », Témoignage Chrétien, octobre 2020

[3] Entretien avec Paule Zellitch, La Croix du 20 novembre 2020, p.15.

Rubrique du site: 
Les actualitésFraternité – diaconie, service des frères
MARTIN

Pour mémoire : la fraternité exige aussi qu'en Pologne (membre de l'UE), les évêques et leur Eglise catholique arrêtent de soutenir et d'entretenir : "un modèle généralisé de stigmatisation" et d'exclusion à l'encontre des gays, bisexuels, transgenres et intersexes (LGTBI). (Dunja Mijatovic, commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Rapport du 3 décembre). "La haine" des minorités sexuelles est concrètement entretenue au plus haut niveau de l'Etat polonais et par l'Eglise catholique elle-même. CQFD.
https://www.coe.int/fr/web/portal/-/poland-should-stop-the-stigmatisatio...

Danielle Piovano

Tout a fait d'accord

Ajouter un commentaire