Vous êtes ici

Discours de création de la Conférence des Baptisé-e-s de France!

Anne SOUPA

été-2009-3401-225x300

Voici le discours tenu dimanche 11 octobre 2009 par Anne Soupa, à l’issue de la Marche des Cathos Citoyens.

« Aujourd’hui, en ce lieu, maintenant, je rends grâce à cause de vous qui êtes venus, poussés par votre conscience, vous qui avez marché jusqu’ici, où nous sommes ensemble.

Notre diversité est évidente. Nous ne sommes pas « que des femmes », ou « que des laïcs ». Parmi nous, il y a des prêtres, des religieux, des religieuses, des diacres, des gens de tous âges, des Parisiens, des Bordelais, des Dijonnais, des Lyonnais, des Nantais, des Strasbourgeois, des Vendéens… Et plus largement encore, dans différentes villes de France, des groupes se sont rassemblés aujourd’hui, en communion avec nous.

Je rends grâce pour ces échanges qui ont ponctué notre marche. Il est trop tôt pour en connaître l’ensemble. Mais voici quelques paroles, fortes, que nous rapporte Christine : (des exemples d’échanges produits par les marcheurs sont donnés)

Il nous est impossible désormais d’en rester à la question particulière portée au début par le comité de la jupe, celle de la dignité des femmes. Notre cause, maintenant, est plus vaste : l’horizon s’élargit. Qu’avons-nous en commun ? notre baptême! Et à cause de ce baptême qui nous a donné l’Esprit, nous croyons en la force de la parole et nous n’avons pas peur.

Un sentiment profond me pousse à rendre grâce pour notre Église qui nous a transmis le trésor de l’Évangile, ce trésor que nous devons, à notre tour, annoncer.

Mes mes ami-e-s, il est temps ! Oui mes ami-e-s il est temps de rendre compte de l’espérance qui est en nous.

Espérance ténue… mais déjà violente… Oui, violence d’une espérance qui nous pousse à prendre nos responsabilités. On nous dit : vous voulez le pouvoir. Et bien oui, nous voulons pouvoir prendre  nos responsabilités.

Nous l’affirmons ici : le pouvoir est une responsabilité et la responsabilité est un pouvoir. Alors à ceux qui nous disent : « Vous prenez le pouvoir ?»… Nous répondons : « nous  prenons nos responsabilités ! »

Quelles responsabilités ? En France, les laïcs, mais aussi les prêtres et les diacres, disons « les baptisés », n’ont aucun lieu pour débattre tous ensemble, aucune instance où décider de l’avenir de leur Église et de ses missions. Pour savoir ce qu’ils pensent, n’y aurait-il que le sondage ? Est-il décent d’enfermer dans les cages des statistiques la voix des ces baptisés qui portent le nom incomparable de « fidèles du Christ » ? Non, il y  là quelque chose de dérisoire!

C’est pourquoi… Oui c’est pourquoi nous créons ici, devant vous, avec vous, pour nous tous, la Conférence des Baptisés de France, notre maison de parole, notre assemblée commune .

Laïcs fidèles du Christ, prêtres, diacres, religieux et religieuses, évêques et cardinaux y sont conviés, je dirais même plus, ils y sont… convoqués. Désormais, nous tous, nous sommes la Conférence des Baptisés de France.

Notre projet est ambitieux, mais nous nous confions au Christ, que nous voulons servir. Nous lui offrons toutes nos forces, toute notre patience, tout notre enthousiasme. Dieu veuille que cette œuvre soit vraiment, pour nos frères et pour nos sœurs, source de liberté et de richesse.

Mais que sera La Conférence des Baptisés de France ?

Elle sera à l’image de l’ensemble des catholiques qui veulent une Église vivante.

Le premier chantier que nous ouvrons est celui de la représentativité. Et donc nous lançons un appel à ceux qui le souhaitent pour qu’ils nous rejoignent dans une instance constituante. Pour ce faire nous réunirons dès que possible des États généraux.

La Conférence des Baptisés de France qui naît aujourd’hui a trois fondements:

D’abord un attachement indéfectible à nos sources, la Bible et la grande Tradition catholique. Ensuite, le respect fidèle de la lettre et de l’esprit de Vatican II – qui s’est ouvert il y a 47ans jour pour jour. Enfin, bien évidemment, la stricte parité entre les hommes et les femmes.

La Conférence des Baptisés de France aura besoin de moyens. Car… Même si nous sommes pleins d’ardeur, il nous faudra des bonnes volontés, un minimum de ressources, beaucoup de discernement et beaucoup, beaucoup de créativité… Elle aura besoin de vous et de beaucoup d’autres…

La Conférence des Baptisés de France se donne pour commencer trois missions, qui sont trois véritables ministères : les ministères de l’Écoute, de la Bénédiction, de l’Espérance.

Un ministère de l’Écoute : Si nous voulons encourager la liberté de la parole pour les catholiques, nous voulons aussi écouter les souffrances, les joies et les aspirations profondes des hommes et des femmes de ce temps. Il importe que l’Évangile leur soit annoncé, vraiment, au cœur de leur vie.

Un ministère de la Bénédiction : Nous voulons sans nous lasser reconnaître ce qui se fait de bon et de beau dans le monde, les actes d’amour, de générosité, de compassion, de pardon et de partage. Tout simplement voir Dieu à l’œuvre… Et le louer !

Un ministère de l’Espérance : Nous croyons que l’être humain aspire profondément à rencontrer Dieu, et que Dieu lui offre la vie en abondance. Nous devons annoncer cette sollicitude de Dieu envers chacun et chacune, et pour l’humanité toute entière.

Ce soir, ce 11 octobre 2009, en cette place St Sulpice de Paris, d’où partit au 17e siècle un nouvel élan missionnaire, tous ensemble, nous sommes la première expression de la Conférence des Baptisés de France.

Désormais, vous en êtes les ambassadeurs ! Portez l’appel ! Portez le à tous et à toutes –

ils sont nombreux ceux qui vous attendent, dans les paroisses, dans les mouvements, dans les services, dans les communautés, dans vos familles. Vous êtes venus dans la confiance, repartez dans l’espérance.

Et que Dieu, dans sa bienveillance, nous accompagne et nous bénisse !

Anne Soupa

Anne