Vous êtes ici

Devant les agissements de Mgr Cattenoz, le mouvement « Chrétiens en Vaucluse » en appelle au Pape François !

CCBF/Chrétiens en Vaucluse
Le pont d'Avignon.

Que faire lorsque depuis 17 ans l’incompréhension, les refus de dialogue, les actes autocratiques de l’évêque, les contre-témoignages se multiplient malgré les nombreux recours – tous restés sans réponse – devant les instances religieuses, jusqu'aux plus hautes autorités de l’Église (le président de la Conférence de l’Église de France, le Nonce apostolique, Mgr André Vingt-Trois, un courrier au Vatican) ?

Le mouvement « Chrétiens en Vaucluse », qui rassemble des chrétiens qui souffrent dans leur foi de cette situation, a décidé, en raison même de son attachement au Christ et à l’Église, de ne pas se taire et de s’adresser au pape. Elle le fait savoir en diffusant un communique de presse et un dossier : la CCBF (Conférence des Catholiques Baptisé.e.s Francophones….) publie ce communiqué de presse et les Fiches explicatives afin que chacun.e ait accès aux documents d’origine et puisse se forger une opinion.

 

Communiqué de presse du mouvement « Chrétiens en Vaucluse »

Avignon, le 10 juillet 2019

Dans une lettre personnelle au Pape François datée du 1er juillet 2019 et accompagnée d’un dossier, le mouvement « Chrétiens en Vaucluse », constatant la dégradation de la situation du diocèse d’Avignon, vient d’adresser un véritable appel au secours au Pape François afin de solliciter son intervention directe. La copie du dossier a été adressée aux autorités de l’Église catholique en France (Nonce Apostolique, Président des Évêques de France, Archevêque de Marseille).

1/ Dans le courrier au Pape François il est indiqué que :

Depuis 17 ans le diocèse d'Avignon est gouverné par un évêque qui suscite une grande indignation.

Les personnes engagées au service de la communauté sont maltraitées : des prêtres sont déplacés sans ménagements, voire renvoyés, certains sont obligés de quitter le diocèse. Ceux qui les remplacent, venus de l'étranger, ne sont ni formés ni suivis pour savoir comment se réalise leur insertion, et comment les fidèles vivent la collaboration avec eux. Des laïcs engagés dans le service de l'Église sont découragés, alors que certains mettaient depuis des années leurs compétences au service de tous (organistes, équipes de gestion des paroisses, responsables des pèlerinages, laïcs chargés de mission à l'hôpital ou dans les écoles catholiques).

Le souci des pauvres est négligé : les associations ne sont pas soutenues, l'accueil des migrants est resté complètement théorique (ils sont même menacés d'expulsion pour avoir occupé un local vide du diocèse). Le Conseil de la Solidarité n'existe plus depuis des années ; le Comité Catholique contre la Faim et pour le développement est méprisé, l'Action Catholique ne reçoit pas l'aide qui devrait lui revenir.

Le diocèse accumule les biens matériels (70 000 m2 de propriétés foncières : immeubles, locaux vides, villas, églises fermées) et multiplie les frais peu utiles, comme l'entretien de communautés venues de l'étranger sans rendre de réels services au diocèse. L'argent prélevé largement sur les quêtes met les paroisses en difficulté.

Le diocèse vient de lancer à grands frais la construction d'un séminaire pour le Néo- Catéchuménat, qui doit préparer les prêtres dans un monde clos sans contact avec le monde extérieur. Les finances du diocèse suscitent de nombreuses questions, un malaise global, des refus de payer le denier du culte.

Le dialogue interreligieux et l'œcuménisme ne reçoivent aucun soutien. Les musulmans ne sont pas bienvenus.

L'accueil des personnes dans l'Église se fait sans bienveillance ni discernement.

Nombreux sont ceux qui cherchent, ou demandent des sacrements, et sont éconduits sans nuances si leur situation est jugée non conforme aux règles canoniques. »

2/ La lettre rappelle que :

« Devant la persistance de ces tensions, des chrétiens ont demandé de l'aide à plusieurs reprises aux plus hautes autorités de l'Église (le président de la Conférence de l'Église de France, le Nonce apostolique, Mgr André Vingt-Trois, une lettre à Rome).

Chacun reconnaît qu'il y a un problème spécifique, lié à la personnalité de Mgr Cattenoz, mais celui-ci, malgré une convocation auprès du Pape Benoit XVI, n'a rien modifié de son comportement. Bien au contraire il a renforcé le caractère brutal de son épiscopat. »

 

3/ La lettre expose au Pape les sollicitations du mouvement « Chrétiens en Vaucluse » :

« Nous savons combien de préoccupations vous absorbent dans l'Église universelle.

Mais nous venons vous supplier d'accorder de l'importance à ce petit diocèse. Il s’y joue aussi la crédibilité de l'Église par le contre-témoignage d'un évêque qui n'est pas sans influence sur d'autres en France et peut-être plus loin.

Vous seul pouvez maintenant accélérer une retraite qui redonnerait du souffle à des chrétiens découragés qui ne comprennent pas le maintien depuis si longtemps de Mgr Cattenoz à un poste de responsabilité. Nous sommes soucieux de notre Église, considérant que les abus et scandales présents ne peuvent être rachetés que par une profonde attention au commandement d'amour que nous entendons dans l'Évangile. Votre parole aujourd'hui est écoutée avec beaucoup d'estime par des hommes et femmes de bonne volonté, elle rappelle l'essentiel toujours actuel : les pauvres, premiers servis.

Nous sommes, votre Sainteté, dans l’espoir que le message que nous vous adressons pourra trouver un écho. »

 

4/ Les documents du dossier qui accompagnaient la lettre au Pape et qui sont joints au présent communiqué de presse :

5 fiches étaient annexées au courrier pour résumer l’état actuel du diocèse (voir ci-après). Ces fiches viennent en complément des nombreux échanges et documents transmis depuis de nombreuses années aux autorités ecclésiastiques de France.

Le comité d’animation du mouvement « Chrétiens en Vaucluse »

Contact : Chretiens.vaucluse@gmail.com

Rubrique du site: 
Les actualités
Commentaires
Cecile Jeanne

Le pont qui n'atteint pas l'autre rive, c'est plutôt bien trouvé pour illustrer la situation que déplore Chrétiens en Vaucluse. En union.
CJw

Jacques JOSEPH

Henri Bourgeois, fut professeur de théologie et doyen de la faculté de théologie de Lyon, il a analysé au début des années 2000 les tenants et aboutissants de mouvements tels que le "Néo catéchuménat".  Pur produit de Vatican 2 et de l'Eglise lyonnaise, comme ses confrères Henri Denis et bon nombre de prêtres du diocèse de Lyon, Henri Bourgeois était un homme de conviction (et de foi) , fraternel, pondéré, engagé dans l'Eglise locale et nationale et qui plus est un intellectuel rigoureux. Responsable du catéchuménat du diocèse, il ne pouvait être soupçonné de s'écarter de la position du magistère lorsqu'il en parlait, ses écrits restent encore aujourd'hui une référence solide qui peuvent éclairer le débat posé par cet article.

Sans a priori mais avec la volonté de poser le problème lié au néo-classicisme et d'en analyser les composantes dans le paysage catho français du début du XXIe siècle HB plante le décor et déblaye le terrain, avant de faire part des sentiments que lui inspire l'émergence des mouvements tels que le néo-catéchuménat mais aussi l'Opus Dei, les Focolari ou la nouvelle évangélisation... Il fait en cela oeuvre de sociologue. D'une certaine manière, il décelait voilà près de 20 ans les problèmes qu'allait poser le néo-classicisme, mais souligne-t-il, je cite :
" Franchement, quand je vois certains évêques tolérer ou encourager cette forme d’initiation [le néo-catéchuménat], je me demande si elle leur paraît réellement adaptée à l’époque présente et si elle conduit à susciter des croyants libres et lucides. Pour moi, la réponse s’impose. Tout donne à penser qu’il y a là une réaffirmation du catholicisme, dans la ligne des « cellules paroissiales d’évangélisation », avec en prime quelques traits de type sectaire. En tout cas, la relative adaptation culturelle des méthodes du néo-catéchuménat au monde de ce temps s’avère plus apparente que réelle. Le néo-catéchuménat intègre, il n’appelle pas à un type personnalisé de foi."

Pour ma part je ne peux qu'inviter les lecteurs à lire ou relire certains de ses articles :

Note sur le catéchuménat avril 2000 ==> http://bapteme.free.fr/reflexionp.php3?cpt=1
Le néo-classicisme catholique (Études 2001/2 (Tome 394), pages 221 à 232 ==>https://www.cairn.info/revue-etudes-2001-2-page-221.htm

Ajouter un commentaire