Vous êtes ici

Des derniers qui seront premiers

Erik MARGANNE

Dimanche 21 août 2016 – 21e dimanche du temps – He 11, 1-2.8-19 ; Luc 13, 22-30

Des derniers qui seront premiers

Et ils marchent toujours ! Lente et longue montée vers Jérusalem... Jésus ne sait probablement pas exactement ce qui va lui arriver mais il doit bien supputer que ça sent le roussi pour lui... Par contre Luc sait fort bien ce qui s'est passé. Mort et résurrection. Passage. Victoire précédée de l'abîme de peur et de tristesse. Et il nous montre Jésus enseignant. Il enseigne et enseigne encore. Il enseigne en marchant, nous dit Luc. Faut-il comprendre que c'est cet enseignement qui fait avancer le petit groupe ? Cet enseignement fait monter vers Jérusalem en ce qui concerne les disciples, mais aussi vers La Jérusalem Céleste, nous fait comprendre Luc, bon catéchiste et bon pédagogue. En tout cas, c'est là une des causes, à ses yeux, de la mort de Jésus mais aussi une des clefs qui va permettre à l'Église de naître au matin de Pâques. Cet enseignement est central, clef de voûte. Il est la mise en mots du mode de vie et du mode de relations que Jésus est venu partager avec nous.

Et parmi d'autres, une question : y a-t-il beaucoup d'élus ? Aussitôt la réponse fuse : « Beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. »

De quoi démoraliser... Rentrer par la porte étroite, ça veut dire que c'est difficile.

Nous retrouvons le côté strict, voire rigoriste de Luc. Peu d'élus, porte étroite ! Et puis en plus, clac ! la porte qui se ferme au nez et à la barbe de tout ce beau monde ! Mais, « nous avons mangé et bu en ta présence », aujourd'hui on pourra dire nous avons mangé ton corps et bu la coupe du salut ! Mais manifestement ça ne suffit pas. Manifestement ce n'est pas une fin en soi. « Éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l’injustice. »

C'est clair, les comptes que nous rendrons seront ceux-là ! La justice, les petits, les hors réseaux, les non cathos. Qu'as-tu fait de ton frère ? Mais oui bien sûr. « De toutes les nations, ils ramèneront tous vos frères. » Là je ne suis peut-être pas très fier de moi. Rester derrière la porte claquée ?

 

Deux chapitres plus loin, nous trouverons l'évangile dans l'Évangile. La perle des merveilles : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir… » Luc, après nous avoir alertés sur les difficultés pour participer à ce festin, nous confie que notre Père nous attend. Attend que nous levions les yeux vers lui. Et là, les yeux embués de larmes, il se précipite vers nous, nous sert dans ses bras, pour nous introduire au festin.

 

Et alors, pléthore ! Ils arrivent de partout, ils remplissent toutes les places du festin. Le maître de maison ne fait pas de sélection. Il les accueille de toutes les nations. « On les portera comme l'offrande. » Que de soins ! Rien n'est trop beau pour accueillir ces nouveaux arrivants. Même ceux venant des peuples qui ne connaissent pas ce Dieu. Bien mieux, il choisira « même des prêtres et des lévites parmi eux » ! C'est dire s'il leur fait confiance ! Rappelons- nous, chez les juifs contemporains d'Isaïe, les prêtres et les lévites, ce sont les dirigeants du peuple. Ceux qui savent. Ceux qui présentent le peuple à Yahvé. On sent bien que le bonheur du maître de maison n'est pas l'entre-soi du petit nombre, mais bien cette foule bigarrée, variée, colorée, autour de ce festin bruyant, joyeux. Des participants attentifs à leurs proches. Des participants qui redresseront « les mains inertes et les genoux qui fléchissent ». Des participants qui rendront « droits pour vos pieds les sentiers tortueux ». Des derniers qui seront premiers !

Erick Marganne

 

 

 

Rubrique du site: 
Commentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire