Vous êtes ici

Conformément aux Écritures

Loïc de KERIMEL
L'appel de Jacques par Jésus. Eglise de Sallanches (74)
Tableau église Sallanches, auteur incconnu, clichéLM ©CCBF

Dimanche 10 février 2019 – 5e dimanche du temps – Is 6, 1-2a.3-8; 1 Co 15, 1-11; Lc 5, 1-11
 
« Conformément aux Écritures » (1Co 15, 3-4)
 
Les lectures de ce dimanche nous invitent à méditer des situations de commencement. Commencement de la mission d’Isaïe : « Me voici, envoie-moi ! » Commencement du ministère de Jésus auprès des foules de Galilée : « De la barque, il enseignait les foules. » Commencement de la « suite » de Jésus pour Simon, Jacques et Jean : « Laissant tout, ils le suivirent. » Et aussi, commencement de l’« heureuse annonce » selon Paul de Tarse : « Avant tout (en tout premier lieu), je vous ai transmis ce que j’ai moi-même reçu. »

Une philosophe contemporaine a récemment écrit un essai sur l’autorité qu’elle a titré : Pouvoir des commencements. Dans le chapitre de Luc qui précède immédiatement l’évangile de ce jour, ceux qui croisent la route de Jésus dans les parages de la mer de Galilée sont frappés par son autorité : l’autorité de sa parole et celle qui lui permet d’expulser les démons. Et dans la synagogue de Nazareth, après sa lecture des paroles d’Isaïe, il « commence à dire » à l’assemblée : « Aujourd’hui cette écriture s’accomplit pour vous. »

De l’accomplissement des Écritures, il est précisément question dans l’adresse de Paul aux chrétiens de Corinthe. Et à deux reprises : « Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures… Il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures. » On a quelquefois paresseusement interprété ce « selon les Écritures, conformément aux Écritures » comme la réalisation par Jésus d’un programme qui lui aurait été fixé de toute éternité par le Père et que les prophètes d’Israël, les psaumes de David, etc. auraient prédit avant même la venue de Jésus.

Cette manière de concevoir le rapport que Jésus lui-même nous invite à avoir avec les Écritures est non seulement paresseuse, elle est surtout absolument contraire à ce que le monde des synagogues dans lequel baigne la Galilée depuis l’exil à Babylone a l’habitude de pratiquer au quotidien. Les Écritures qu’Israël s’est données au fil du temps n’ont nullement pour fonction de prédire ce que l’avenir va lui réserver, mais d’être, à l’inverse, le bain révélateur dans lequel chacun est invité à plonger son existence, dès lors qu’il s’interroge sur son sens, en particulier dans les circonstances de l’épreuve ou de l’inattendu.

Tel est précisément le cas de la mort de Jésus sur la croix. Aux yeux de beaucoup, y compris des plus proches qui, à ce moment, se sont tous enfuis, cette mort a signé l’échec d’une mission dans laquelle ils avaient placé leur espoir : « Nous espérions qu’il était celui qui allait délivrer Israël. » Mais, comme le fait Jésus à Emmaüs, plongée dans l’Écriture, par exemple dans le 4e chant du serviteur (Is 53), cette mort se révèle être le comble de la justice : « Dans ses plaies se trouvait notre guérison. » C’est crucifié que Jésus se révèle véritable Messie.

Au lieu d’être une fin, cette mort-là est authentique commencement, immédiate résurrection. « Il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures » : ce troisième jour-là n’a rien à voir avec un décompte calendaire, ni cette résurrection-là avec la réanimation d’un cadavre. Plongée dans l’Écriture, cette mort/résurrection-là est comme le « troisième jour » pour Abraham dans l’épisode dit du « sacrifice » : « Le troisième jour, il vit le lieu de loin » (Gn 22), ou comme le « troisième jour » pour les fils d’Israël, celui du don de la Torah au Sinaï (Ex 19) : source de vie pour Isaac, pour Israël, pour nous, pour le monde.

« Dieu a créé le monde pour qu’il y ait un commencement », aurait dit Augustin. L’autorité de Jésus se reconnaît précisément à sa capacité, non pas à s’imposer, mais à susciter, à re-susciter autour de lui de la vie, c’est-à-dire du commencement, de l’initiative, de la responsabilité : relèvement, renaissance, résurrection.
 
Loïc de Kerimel
 

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire