Vous êtes ici

Choisir la démocratie

Gilles Marmasse
Coyau / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

Peut-on, quand on est chrétien, s’accommoder du vote Front national ? Écoutons sur ce point Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes : « Le 7 mai, quel bulletin de vote ? – Pas celui de la peur, de la haine, du rejet, du mensonge, de l’exclusion, du repli : c’est l’opposé de l’Évangile. »

L’accueil de l’autre, et en particulier du migrant, n’est pas une règle impersonnelle pour le croyant. C’est une nécessité qui se découvre dans les personnes concrètes que la vie nous donne de côtoyer, et dans lesquelles nous pouvons reconnaître le Christ : « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli. » (Mathieu, 25)

Ces personnes, nous apprenons à connaître leurs noms, leurs visages, leurs histoires. Que d’histoires, justement ! Avec de la mort et de la résurrection à chaque pas.

Faut-il alors écouter ceux pour qui les migrants sont avant tout un problème, et qui voient dans leur refoulement la condition de notre prospérité ?

Certes, la politique doit gérer des flux, organiser des dispositifs, établir des rapports de force… Mais les chrétiens sont dans leur rôle quand ils appellent les pouvoirs publics à la solidarité et à l’hospitalité.

Personne n’a autorité pour commander ou interdire un vote, et chaque citoyen se détermine en conscience dans l’isoloir. Cependant la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones considère que les croyants ne doivent pas se tromper de priorité. Une politique fondée sur la banalisation de la xénophobie n’est pas acceptable. C’est pourquoi la CCBF appelle à faire clairement barrage à Marine Le Pen le 7 mai 2017.
 

Le conseil d’administration
www.baptises.fr

Rubrique du site: 
Les actualités
Ajouter un commentaire