Vous êtes ici

4e dimanche de l'Avent : Visitation

CCBF

4e dimanche de l'Avent : Visitation

Attendre, bien savoir attendre, voilà le message essentiel de l'évangile de Luc (1, 39-45), lu ce dimanche A deux pas de Noël. Mais il y a attendre et attendre. Certains croient attendre, mais, bien souvent, c'est derrière eux qu'ils regardent. Ils pleurent une absence, un abandon. Leur être se mobilise, se tend à l'extrême dans l'attente. Mais leur psyché travaille dans le vide : ils ne font plus rien, ne décident plus rien, n'entreprennent plus rien. Comment consoler ces êtres noyés dans la peine? Déjà Jérémie, puis Matthieu avouaient leur désarroi devant Rachel, la femme de Jacob, "qui pleure ses enfants morts et ne veut pas qu'on la console," (Matthieu 2, 18, reprise de Jérémie 31, 15). Ne sont-ils pas défaits de leur désir, eux qui attendent pour attendre, ou pour ne plus attendre, mais qui, en fait n'attendent plus rien? Marie et Elisabeth, elles, vont à la rencontre l'une de l'autre. Leur attente est joyeuse et désirante. Et surtout, elle est aussi celle de leurs futurs enfants. Devinez-les en train de se saluer, Jean saluant Jésus, du fin fond de sa maison de chair, sans le voir ni l'entendre, mystérieusement, "comme de nuit"! Oh, nous dit Luc, elle a bien eu lieu, cette aussi improbable rencontre et, merveille, écoutez le cri d'allégresse d'Elisabeth ! Et rendez-vous compte, poursuit Luc, quelle fine attention qu'il faut à ces femmes pour percevoir les moindres "mouvements" des bébés mais aussi ceux de leur âme, tendue vers la rencontre. Et vous, lecteur, souffle Luc, saviez-vous que le "spirituel" pouvait être celé ainsi, non dans l'éther de très nobles pensées, mais tout au fond d'un corps de chair, dans ces entrailles qu'on dit volontiers impures? Oh, merci, cher Luc, de ces 6 versets! Quelle petite merveille, quel éloquent traité de spiritualité! Chaque dernier dimanche de l'Avent, ils nous préparent à cette improbable rencontre de la nuit de Noël : Dieu venu parmi les hommes. Comment mieux dire que l'être humain vit d'attendre Dieu et de le rencontrer? La vraie Bonne Nouvelle, la voilà, c'est rencontrer autrui, le Christ, c'est-à-dire tout homme et toute femme, en vérité, en "profondeur". Comme le font ces tout petits à naître. Et voyez comme ils s'en sortent ! Pas mal du tout. Même très bien. Alors nous, "qu'attendons-nous"?

Rubrique du site: 
Commentaires des lectures dominicales