Vous êtes ici

Offre d’emploi : serviteur !

Équipe de Pau (C-F-E)
Main
© CC0 Creative Commons

Dimanche 21 octobre 2018 – 29e dimanche du temps – Mc 10, 42-45

Qui pourrait être intéressé, de nos jours, par ce type d’offre ? Nous préférons des postes plus valorisants !
Alors quand le Christ parle ainsi plusieurs fois à ses disciples, envisagent-ils vraiment que ce sera réellement leur mission ? Ils ont suivi Jésus et voient se profiler une royauté où chacun aura une belle place. Quelle promotion pour les pécheurs, les publicains et les autres !
Et voilà que Jésus, une fois de plus, ne s’en offusque pas. Il a l’habitude. Il garde patience.
Mais, tout de même,  Jésus le leur répètera et de diverses manières : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous » (Mc 9, 35) ; « Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. » (Mt 20, 26) ; « Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres » (Jn 13, 14) ; « En effet, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand » (Lc 9, 48).
Il brise l’image idéale que les apôtres pouvaient se faire de lui.
Non pas le trône mais le tablier, non pas la couronne mais le balai, non pas l’autoritarisme mais le service. Non pas l’enrichissement mais la pauvreté. Et servir non seulement les amis ou quelques privilégiés du système mais tous, sans nulle discrimination.
Une conversion totale à vivre, un retournement symbolisé par l’image de l’acrobate, tête en bas, marchant sur les mains sous le porche de nos cathédrales, sculpté par nos anciens.
Et nous, où en sommes-nous face à cette demande réitérée par Jésus à ceux qui veulent Le suivre ? Regardons-nous simplement ceux qui nous entourent et restons-nous bien au chaud avec nos semblables ?
Chacun peut faire un petit geste et c’est alors pour la communauté un pas vers plus de bonheur, ce bonheur des Béatitudes qui, pour nous, n’est souvent qu’un refrain alors que nous devrions plutôt le chanter chaque jour comme un encouragement face au pessimisme et au repli ambiants !
Le meilleur de nous-même est stimulé chaque fois que nous partageons dans le respect mutuel, le respect fraternel. Nous avons d’immenses possibilités d’engagements : pauvreté, immigration, illettrisme, maladie, solitude, droits des faibles…
Alors notre vocation de serviteur s’approchera de ces paroles que le Christ ne cesse de répéter et qu’il mettra en œuvre jusqu’à la fin de sa vie terrestre. Alors ne craignons rien et essayons de marcher sur ce chemin de serviteur que Jésus nous a tracé !
 

Équipe de Pau (C-F-E)

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire