Vous êtes ici

Quand tu étais sous le figuier.

Joël AGAISSE
Editions du Cerf

Adrien Candiard, Quand tu étais sous le figuier. Propos intempestifs sur la vie chrétienne

Éditions du Cerf – mars 2017 – 176 pages– 10 €

L'introduction nous place d'emblée au cœur du sujet, à savoir la vie chrétienne qui est « d'avoir le courage de ne pas renoncer à la joie, la vocation, par ailleurs, n'étant que l'autre nom de la vie spirituelle, la vie tout court que Dieu veut nous proposer. »

À partir du récit et de l'analyse du « recrutement » de Nathanaël par Jésus via Philippe, sorte de fil rouge qui court tout au long de l'ouvrage, l'auteur nous propose une méditation qu'il qualifie lui-même de « baroque et un peu décousue ».

En réalité, le lecteur devient rapidement addict à cette prose nerveuse et fluide qui le mène, par des chemins parfois détournés, à la contemplation de points de vue sur la vie chrétienne qui, comme les sites touristiques les plus renommés, le laissent pantois, ébloui, sans voix, en saturation de sens.

Ainsi, notre errance nous mène-t-elle de Jean le Baptiste, cet ascète barbu, de Jacob – et ses ruses, ses migrations, son échelle céleste et son combat nocturne – en remontant jusqu'à Abraham qui accepte d'être déraciné, et même à Adam qui a terriblement peur de Dieu, à Simon-le-Rocher qui hurle : « Seigneur, sauve-moi ! »

Je ne résiste pas à l'envie de citer :

  • « On ne rencontre Dieu qu'en soi-même. Le paradoxe est qu'il faut sortir de soi-même pour aller vers soi. »

  • « Accepter son néant, c'est reconnaître que je ne suis rien par moi-même, parce que je reçois tout de Dieu, tout le temps. »

  • «  La prière n'est pas autre chose que le désir de la présence de Dieu. »

  • « La meilleure manière d'annoncer le Royaume est d'en vivre et la meilleure image du Royaume, c'est une relation faite de confiance, de complicité aussi, de respect, d'estime, d'amour en un mot. »

  • « Le vrai mystère de l'élection, c'est que chacun est élu ; Dieu ne préfère personne, ou plus précisément, il préfère tout le monde, tous un par un. »

  • « L'enfer n'est que le nom technique de l'isolement volontaire éternel. »

  • « Le bonheur est dans la relation, et non dans l'indépendance. »

  • « Avec Dieu, le meilleur est toujours à venir. »

Des propos qui constituent une invitation pressante à se regarder en face, à s'accepter tel que l’on est, pour ne pas manquer les nombreux signes – certains parleront de miracles – qui jalonnent la vie de chacun. Des propos éclairants sur, entre autres, le pardon, la faiblesse humaine, la peur de Dieu, la volonté divine, la foi.

Ce petit livre est une véritable pépite !

Joël Agaisse

Rubrique du site: 
Les actualitésLectures : coups de cœur et Prix Littéraire
Ajouter un commentaire