Vous êtes ici

Migrants et réfugiés : Journée mondiale le 14 janvier 2018

Anne RENÉ-BAZIN
© CC0 Domaine public

Pour préparer la Journée mondiale des migrants et des réfugiés, le Pape a envoyé par deux fois, le 15 août puis le 13 novembre 2017, un message fort autour de 4 verbes : « Accueillir, Protéger, Promouvoir, Intégrer ». La Section Migrants et Réfugiés du Vatican fait des propositions concrètes d’application en « Vingt points d’action pastorale ». Le sens profond du texte est politique – au sens noble du terme.
À Paris, un « Comité épiscopal d’orientation pour le Migrant et le Réfugié » a été convoqué par Mgr André Vingt-Trois.
Au moment où le ministre de l’intérieur et le Président semblent préparer un changement très dur de la loi (particulièrement dans la rétention et les expulsions), le Pape – comme plusieurs associations – propose :
– des voies légales d’entrée en UE ;
– le droit au travail ;
– l’attention à la famille (sens plus large, vers les grands parents) et aux jeunes (enfants, mineurs et jeunes majeurs) dans l’accueil et la scolarisation et la formation.

Texte du Pape
Comment faire ressentir à nos communautés  «le souffle » de ces textes et en faire une « montée » vers le dimanche 14 janvier 18, Journée mondiale du Migrant et du Réfugié ? Comment se les approprier ? Comment creuser les propositions faites ?
(Pour bien distinguer les « grands principes » des « propositions concrètes », on peut lire la note de Céline Dumont).

Les Vingt points d’action pastorale
Au Vatican, le Dicastère pour le Développement humain intégral (section Migrants et Réfugiés) a fait un texte en « Vingt points d’action pastorale ». Le Pape encourage les Conférences épiscopales à expliquer ces vingt points en les reliant aux consultations et négociations que l’ONU a décidé de lancer pour l’adoption, en 2018, de deux Pactes mondiaux (Global Compacts), l’un sur les Migrants, le second sur les Réfugiés.
Pour ce faire, l’organisation internationale consulte et auditionne des responsables politiques, économiques, sociaux et la société civile, et donc les autorités religieuses, au niveau national et international. Il s’agit par conséquent pour les chrétiens de faire remonter à leur hiérarchie leur expérience, leurs idées, leurs valeurs et de convaincre cette dernière de leur bien fondé, pour qu’elle les défende lorsqu’elle sera auditionnée.
Voir l’élaboration et les objectifs du HCR ou bien le site du HCR.

Prendre à la lettre le message du Pape et le texte du Dicastère pour la JMMR
Le Pape François nous donne l’exemple : entre les Quatre verbes et les Vingt points, il y a des correspondances et des échos. Sont énoncés des principes et des propositions concrètes que chaque chrétien peut porter en tant que citoyen.
Les deux textes sont proposés comme une méthode montrant sur quoi et comment nous pourrions travailler, nous, chrétiens-citoyens de France et d’Europe, dans la conjoncture actuelle où le gouvernement, récemment élu, prépare une loi fondée sur la distinction Réfugié et Migrant Economique, sur le contrôle renforcé des personnes et la traque aux irrégularités produites par des lois asphyxiant la vie des personnes, sur l’éloignement forcé de tous ceux qui auront été  « dublinés », déboutés, ou seulement contrôlés « irréguliers ».
Chacun des quatre verbes est décliné en propositions comme autant de mesures à préparer et à faire advenir pour une société inclusive, par exemple :
Accueillir : des voies légales d’entrée en UE, les couloirs humanitaires, toutes sortes de visas humanitaires, visas temporaires spéciaux et la notion de famille élargie pour le « Regroupement familial », enfin le refus des expulsions arbitraires et collectives ;
Protéger : le droit au travail pour tous, l’accès à la justice, le respect de l’identité de chaque migrant et de ses documents ;
Promouvoir : le souci des jeunes, enfants, mineurs, jeunes majeurs et leur droit à la scolarisation et à l’éducation, la reconnaissance des compétences de chacun ;
Intégrer : la vision de l’intégration comme processus bi-directionel qui reconnaît et met en valeur la richesse de la culture de l’autre, la présentation positive de la solidarité à l’égard des migrants et la diffusion des bonnes pratiques.

Pour Accueillir, Protéger, Promouvoir et Intégrer les personnes qui frappent à nos portes, nous avons à nous emparer de tous ces points pour voir ceux qu’il serait possible d’accomplir, à quel rythme, dans quel projet d’avenir. Le pape François semble suivre le précepte de son prédécesseur Pie XI : « La politique est la forme la plus haute de la charité. »
 

Anne René-Bazin

Rubrique du site: 
Les actualités
Ajouter un commentaire