Vous êtes ici

Foi contre Religion

Marc FORTIER BEAULIEU
Évêque et prêtres
CEphoto, Uwe Aranas © Wikimedia Commons


Au début de mes études de théologie on disait que le débat Foi contre Religion était clos. Quelle erreur ! Il nous revient en pleine face avec la crise des agressions sexuelles sur mineurs par personnes ayant autorité appartenant au clergé catholique. 

C'est tout ce qui fait le comportement religieux commun à l’humanité, tout ce qui rend superstitieux, c’est le culte quasi païen du sacré qui fonde les religions, la comédie des cérémonies théâtrales avec déguisements, accessoires et figurants de toute sorte, la recherche systématique de l’archaïque, une conception infantilisante de l’obéissance, qui consiste non pas obéir à sa conscience éclairée, mais à une hiérarchie de type sociétal, c’est tout cela qui rend possible le crime particulier de l'Église catholique, qui est le silence. Le silence des clercs, de leur hiérarchie, et de fidèles moutonniers, crime qui, si on ne prend pas très vite des mesures révolutionnaires, achèvera la moribonde. Rompre le silence est l’impératif. Même et surtout si cela menace l’organigramme millénaire du système catholique. 

Car François a raison de dire que le cléricalisme est le vice particulier de l’Église catholique. Et ceux qui attaquent ce pape sont ceux du parti clérical, ceux de l’obsession hiérarchique d’une Église qui n’est que juridisme et apparences. Et c’est dans ces milieux où le silence complice est la règle que les agressions sexuelles sur mineurs par personnes ayant autorité appartenant au clergé catholique ont été les plus nombreuses, comme le montre le nombre de celles-ci en Irlande et aux États Unis, en attendant que la vérité éclate en Espagne et en Pologne. Mais ces églises-là sont verrouillées et le temps sera long avant qu’elles n’avouent. Elles ont peur car elles ont vu le sort des églises d’Irlande, du Québec, et de tous ces pays où le christianisme n’est que religion identitaire. Mais un chrétien doit mourir pour ressusciter ! 

C’est la seule Foi en Jésus-Christ qui peut résoudre ce crime collectif. Car la morale chrétienne, comme le disait une de mes excellentes professeures, est une morale de conversion. Or la Foi ne s’embarrasse pas du vieux fond religieux de l’humanité, elle va infiniment plus loin car la religiosité est source d’exclusions, d’hypocrisie, d’affrontements. Sans la Foi, le sentiment religieux est le plus souvent une calamité. La Foi bouscule la religion, la rend accessoire. Or la Foi est une vertu théologale, ce qui veut dire que seul Dieu la donne. Il faut prier pour l’obtenir. 

Ainsi nous pouvons nous référer à cette phrase de Karl Barth, théologien réformé aimé des Catholiques : « Celui qui prie le Père, qui croit au Fils, qui se laisse mouvoir par l’Esprit, celui-là peut se dire conformé à Dieu. » Là est la solution, car être dans cet état d’Esprit nous transforme totalement. 

Ça faisait longtemps que je voulais le dire
 

Marc Fortier Beaulieu

Rubrique du site: 
Les actualités
Commentaires
Guy Legrand

"Il n'était pas guéri de sa communion solennelle . Il cherchait encore l'Evangile dans la religion"( Jean Sulivan in Bonheur des Rebelles )

Ajouter un commentaire