Vous êtes ici

La Femme et l'avenir de l'Eglise

Joseph MOINGT
Défilé de mode. Montréal. 1939. Archives du Québec. © Domaine public.

« Les femmes et l’avenir de l’Eglise » Joseph Moingt (Etudes Janvier 2011)

Est-ce que le déclin de l’Eglise au cours de la deuxième partie du XXème siècle serait lié à l’émancipation de la femme et son accession à des responsabilités professionnelles, familiales, sociales ou politique ?

L’Eglise honore des femmes, en reconnait docteurs de l’Eglise, plusieurs sont autour de Jésus, mais elle reste encore profondément marquée par la condition des sociétés patriarcales et traditionnelles qui prévalaient à l’époque bibliques. Les positions sur la sexualité ou la contraception heurtent aujourd’hui une partie des femmes qui ne retrouvent plus dans l’Eglise un lieu d’épanouissement et de confiance et pour certaines s’écartent de l’Eglise.

Or les femmes ont joué un rôle important dans la transmission de la foi via l’éducation des enfants de même que dans la vie de l’Eglise, en assurant le catéchisme, le service auprès des plus faibles et des pauvres. Elles étaient, il y a encore peu de temps de loin les plus nombreuses parmi les fidèles et les auxiliaires du clergé. Vatican II avait reconnu ce rôle important des femmes religieuses ou laïques dans la vie de l’Eglise et avait ouvert à plus de reconnaissance et de responsabilités, mais les années 80 ont marqué un pas puis revirement. Les femmes, dont on réclame de plus en plus la participation et la disponibilité ne peuvent être qu’à l’ombre sous l’autorité sacerdotale. Malgré le besoin croissant d’implication des laïcs face à la tragique diminution des vocations, les femmes sont méthodiquement et volontairement éloignées de l’autel et des sacrements. Cette attitude s’explique en grande partie par la crainte de la hiérarchie ecclésiale de faire naitre ou d’encourager chez elles le désir du sacerdoce. Or ce débat qui agite régulièrement l’Eglise n’est pas clos et la peur de le voir renaître peut conduire les responsables religieux à une certaines discrimination. Mais les femmes n’ambitionnent pas toutes le presbytérat ou le pouvoir, elles ambitionnent légitimement une reconnaissance dans le cercle religieux qui soit en phase avec celle qu’elles ont dans la société.

Ne pas répondre à cette attente, est un peu « suicidaire » pour l’Eglise qui se prive d’un moteur dans l’évangélisation du monde. Mais l’Eglise se réfugie derrière les lois naturelles et divines pour expliquer ses positions qui lient la sexualité au mariage et la procréation ou qui l’empêche de laisser une place aux femmes dans les instances dirigeantes. Mais ces sujets sont plus liés à la société et aux moeurs qu’au sacré. L’Eglise ne doit pas se réfugier derrière le paravent de l’histoire et du dogme pour justifier son immobilisme. Elle doit faire preuve de plus de modestie et mieux distinguer ce qui relève du sacré fondamental, de ce qui relève de l’évolution des moeurs. D’ailleurs, elle montre parfois, en certains lieux qu’elle a la capacité de comprendre une réalité sociale qui évolue et de s’y ouvrir avec bonté. L’Eglise doit donc s’ouvrir à l’esprit du monde qu’elle ne plus enseigner de loin en donneuse de leçon. Reconnaitre le rôle des femmes en son sein sera aussi une manière de renouer avec une réalité séculière dont elle s’éloigne chaque jour un peu plus perdant toute prise pour ce qui est sa mission première d’évangélisation.

Des paroles et du chemin du Christ, il est difficile de tirer de manière définitive quel est le rôle qu’il voyait, souhaitait ou envisageait pour les femmes. Mais il est certain qu’il était entouré de femmes, qu’il croyait en elles et leur a confié comme à ses apôtres un peu de lui-même. Et Paul de nous dire qu’il n’y a plus « ni masculin et féminin, car à vous tous vous êtes un seul en Christ Jésus ». Un principe à ne pas oublier, qui ne peut que conduire dans l’Eglise comme dans la société à une libération de la femme par rapport aux modèles traditionnels et une plus grande reconnaissance de sa contribution. C’est pour l’Eglise le seul chemin pour rester tolérante et ouverte au monde. La femme est et sera l’avenir de l’Eglise.

Version téléchargeable
Liste des documentsTaille
Icône PDF Joseph Moingt. La Femme et l'avenir de l'Eglise.54.36 Ko
Rubrique du site: 
Coups de coeur de la CCBF
Ajouter un commentaire