Vous êtes ici

Diocèse de Bordeaux : affaire Ayliès ou affaire Le Vert ?

CCBF
© Catholicon/ Wikimedia Commons

    Conférence Catholique des Baptisé-e-s Francophones

    Communiqué de presse 20 mars 2018

    Diocèse de Bordeaux : affaire Ayliès ou affaire Le Vert ?

Pour la CCBF, l’incident qui secoue le diocèse de Bordeaux révèle le schisme latent qui s’installe au sein de l’Église de France. Comme le résume le journal Sud Ouest : « Mgr Le Vert nommé évêque auxiliaire, le père Francis Ayliès prend la tangente. »

Mgr Le Vert a été évêque de Quimper de 2007 à 2015, et a dû démissionner à la suite d’une visite canonique qui a donné raison à son conseil épiscopal, lequel s’était opposé à l’achat d’un logement pour… sa secrétaire particulière. Les motifs finalement invoqués ont été des raisons de santé.

Mgr le Vert vient d’être nommé évêque auxiliaire. Serait-il désormais recommandé d’être désavoué pour être promu ? Même si cette fonction est peu éminente pour un ancien évêque, elle permettra à Mgr le Vert d’avoir la haute main sur l’accompagnement de la jeunesse du diocèse. C’est une responsabilité de trop.

Invoquant sans détour cette nomination, le père Francis Ayliès, bien connu à Bordeaux pour sa capacité à attirer des personnes éloignées de l’Église et pour ses initiatives couronnées de succès (« la messe ailleurs », des groupes bibliques), a annoncé sa démission après en avoir prévenu le cardinal Ricard.

La CCBF remercie le père Francis Ayliès d’avoir eu le courage de s’opposer à l’injustifiable, et de sensibiliser les baptisés à leur responsabilité au service de l’Évangile.

Cet événement met en lumière les disfonctionnements d’une institution qui sacrifie l’annonce de l’Évangile à un intérêt corporatiste immédiat. Il est grave de préférer recycler à tout prix un évêque plutôt que d’entendre les attentes légitimes des communautés ecclésiales.

Cet événement prouve, encore une fois, combien il est essentiel que les baptisés prennent leurs responsabilités en vue d’une véritable annonce de l’Évangile.
 

La Conférence des baptisé-e-s 

Contact : contact@baptises.fr

Rubrique du site: 
Les actualités
Commentaires
Lise-Marie

Bonjour,
Reportons-nous à l'excellente émission du 21 mars sur Fr3 (Pédophilie, un silence de cathédrale) et surtout au débat de très haute tenue qui a été ensuite mené par Carole Gaessler .
il semble que l'Eglise que nous sommes dépende entièrement de chaque évêque maitre après Dieu en Son diocèse et à qui il ne vient pas toujours à l'idée que ses âme et conscience aient besoin d'être éclairées !
Même la commission présidée par Mgr Crépy n'y pourra rien ; Prions pour que l’évêque d'Orléans ne soit pas trop seul dans son humilité, on a besoin d'hommes comme lui.

Lise-Marie

annick-guillou_5887

Nous réalisons dans le Diocèse de Bordeaux que les nominations hiérarchiques sont décidées sans aucune consultation des baptisés... Outre la lourde charge financière qui augmente (il n'y avait jusqu'à présent que Paris et Lyon qui possédaient deux évêques auxiliaires), le spectacle d'une Eglise coupée de sa base, continuellement au service d'elle même est proprement désorientant...

Chantal Duboscq

Catholiques de Bordeaux, faisant partie de "La messe ailleurs" et connaissant le P. Francis Ayliès, nous sommes navrés de la manière dont s'est déroulée la nomination de Mgr Le Vert, que beaucoup de gens ont apprise par l'article de Sud-Ouest paru le lendemain du jour où Francis Ayliès avait annoncé son départ à la paroisse dont il était le curé, et où il nous l'avait annoncée par courriel, en expliquant les raisons de sa démission. Même si officiellement un évêque auxiliaire est nommé par le Pape, c'est en réalité l'évêque titulaire qui le choisit. Il s'agit donc là d'une décision de Mgr Ricard, qu'il n'avait pas auparavant laissé entendre et à propos de laquelle les baptisés du diocèse n'ont été ni informés ni consultés. Un certain nombre d 'entre nous ont donc décidé de lui envoyer par courriel ou par courrier postal un texte de protestation rappelant que depuis deux ans nous préparons un synode qui a donné lieu à une large consultation et que, dans ce contexte, la procédure de nomination de Mgr Le Vert témoigne d'une grande incohérence, d'autant qu'il sera justement chargé de mettre en place les décisions de ce synode, et responsable de la jeunesse ! Ce fonctionnement vertical de la hiérarchie décrédibilise l’Église : comment annoncer l’Évangile en faisant ainsi fi des personnes ?

Martine PRADAL

Il est important que nos évêques s'entourent des baptisés de leur diocèse dans leur diversité et les consultent avant de prendre une décision. Il y va de l'annonce de l’Évangile aux hommes d'aujourd'hui.
Si un prêtre ou un Évêque a posé problème dans un diocèse, il faut l'aider à trouver une place où il ne risque pas d'y nuire.
Martine

pierredefrehel_5989

l'évêque envoyé et reçu rappelle que l'Eglise se reçoit de Dieu et non pas de ses intuitions pastorales....
c'est pourquoi plus l'évêque est perçu comme pas bon....mieux on voit l'action de Dieu.
alors de quoi se plaint-on ?

Grange Irenee

Oui ,chaque évêque est maitre dans son diocèse et malheur au chrétien (de base)qui aurait l'audace de donner un autre avis que le sien .

Dans le même temps ils n'hésitent pas à critiquer les autorités civiles biens plus tolérantes qu 'eux même

Retour d'une église réactionaire'hypocrite'qui courbe le dos en attendant la venue d'un pape à sa convenance.

Effrayant!

tricotpecharman_6062

Cette décision me choque également
Cependant, cet évêque a sans doute droit à une seconde possibilité d'exercer son ministère. Le pardon existe sans doute aussi pour un évêque.
Question plus qu'affirmation
Que pouvait faire la hiérarchie?

Brigitte

je suis perplexe. Je pense que l'Eglise n'a pas un fonctionnement "démocratique", mais cela est (normalement) compensé, régulé par les différents Conseils dont s'entoure l'Evêque de chaque lieu, charge à lui de les constituer en tenant compte des diverses sensibilités de son diocèse. (Je rêve ?). Il est indispensable aussi qu'un juste discernement ait lieu lorsque une personne (qu'elle soit évêque, prêtre ou laïc) a posé des problèmes importants et non résolus dans une activité pastorale antérieure. Si une personne est inapte à une fonction pastorale, il doit bien y avoir moyen de lui trouver une fonction qui tienne compte de ces limites. Il est important de respecter les Communautés. Celles-ci sont quand même habituées à s'adapter à la diversité des pasteurs qui leur sont donnés, tant que cela reste "acceptable", or dans le cas présent, il semble que le contentieux soit lourd.

de-guibert.mich...

"Dire du bien, c’est faire comme Dieu, aux jours de sa création, et comme Jésus qui ne juge ni ne condamne. Que la Conférence bénisse ce qui se fait de bon, parce que cela fait grandir la vie."

Ajouter un commentaire