Vous êtes ici

Un Dieu qui surprend

Raniero LA VALLE
Le pape François
Pixabay - Creative Commons CC0

Cinq thèses, une conclusion et une note finale plus dramatique, voilà la trame de l’intervention de Raniero La Valle (intellectuel italien, journaliste et ancien parlementaire de gauche, qui a suivi le Concile Vatican II pour le journal L’Avvenire d’Italia) le 25 août 2017 à Assise dans le cadre du Congrès ayant pour thème : « Comment donner un avenir au tournant prophétique du pape François ». Intervention que Paul Durand, stimulé par la lecture de notre dernier rapport moral, a souhaité nous communiquer dans l’espoir que ce texte pourra donner matière à des échanges internes fructueux. En voici de larges extraits, présentés en trois volets.

1 - La nouveauté de pape François.

Le Dieu qui fait irruption dans l’Église de François est différent du Dieu qui « gît » dans le catéchisme, qui depuis longtemps ne réveille plus personne, ou du Dieu démiurge, tout-puissant, qui s'est déposé dans la culture commune, partagé aussi bien par celui qui l'affirme que par celui qui le nie ou l'ignore.

Dans un monde blessé et exposé aux pires surprises, personne ne pensait qu'il pouvait y avoir une surprise de la part de Dieu. Ou au moins, on ne le pensait plus, depuis qu'on avait mis le Concile au silence. C'est pour cela que l’Église était devenue si sombre et que la foi était en train de s'en aller comme l'eau d'une source tarie. Mais voilà que depuis quatre ans est apparu un Dieu qui surprend. Pour le monde ce fut une lueur soudaine, une nouveauté extraordinaire ; pour les archéologues du sacré ce fut au contraire une surprise désagréable, un accident imprévu, une entorse aux règlements. C'est pourquoi les plus papistes que le pape sont devenus, justement eux, anti-papistes.

Ceci explique la solitude institutionnelle de pape François et la hargne avec laquelle on lui fait la guerre ; et c'est pour cela – car nous voudrions être à ses côtés – que nous nous sommes rassemblés ici à Assise.

2 - Ce n'est pas la première fois que Dieu nous surprend.

Ce n'est pas la première fois qu'il y a l'impact avec un Dieu tel qu'il n'avait pas été pensé auparavant. [Relisons la Bible !] Et à bien regarder, à chacune de ces surprises correspond le commencement d'une nouvelle phase de l'histoire du Salut. Dieu change et le monde change, Dieu apparaît dans l'histoire comme jamais Il n'était apparu ou n’avait été compris auparavant, et l'histoire des hommes change.

3 - Le Dieu « inédit »

Comment cela peut-il arriver, si Dieu est toujours le même et si en Lui il n'y a pas ombre de variation (Jc1, 17) ? Cela arrive parce que la connaissance de Dieu est inépuisable, et qu’il y a toujours un Dieu « inédit », qui attend d'être « publié ». Il y a toujours de nouvelles « éditions » du Dieu unique, et à mesure que le Dieu « inédit » devient « édité » les hommes progressent dans le face à face avec Lui. D'édition en édition, ce n'est pas Dieu qui change mais c'est nous qui commençons à mieux le comprendre. Dieu croît avec la croissance de la Parole qui Le dit, mais en réalité ce qui croît, ce qui change, c'est notre perception de Dieu, notre capacité d'accueillir son offre de vie. […]

4 - L'édition que notre temps demande.

Mais de quelle édition de Dieu avons-nous besoin aujourd'hui ? Toute édition de Dieu correspond en effet à une exigence nouvelle, à une demande pressante qui jaillit du cœur de l'humanité blessée, à un moment donné de son histoire. Par exemple, en ce 500e anniversaire de la Réforme, nous avons pu revisiter les poussées qui ont donné naissance à l'initiative de Luther. Nous nous sommes rendu compte de combien les exigences et les problèmes ont changé aujourd'hui, au point que nous avons même du mal à comprendre le pourquoi de cet affrontement si dur sur la doctrine de la justification, surgie d'une obsession anti-pélagienne et d'une lecture radicale d'Augustin et de Paul. Cette édition luthérienne de Dieu répondait en effet au tourment de la chrétienté de ce temps-là qui, une fois affirmé que hors de l’Église il n'y a pas de salut, était angoissée par le problème de qui (et comment) pouvait se sauver, au moyen de quelles œuvres, ou bien grâce à quel caprice de Dieu. […] Aujourd'hui la sensibilité a du tout au tout changé, et les gens ne pensent nullement à être justifiés par Dieu, mais ils pensent plutôt que c'est Dieu qui doit se justifier pour tout le mal qu'il permet sur la terre. En effet la question d'aujourd'hui n'est pas celle formulée en son temps par Heidegger, si Dieu seul peut nous sauver, mais si nous pouvons nous sauver, alors que nous n'avons pas de réponses au gémissement de ce monde que nous avons nous-mêmes défiguré […].

Et c'est précisément dans ce trou noir existentiel et politique que fait irruption la surprise du Dieu de la miséricorde. Ce n'est pas que Dieu soit devenu miséricordieux aujourd'hui, mais trop d'ombres en couvraient le visage. Et voici que ce Dieu resté inédit pour beaucoup d'hommes est à présent publié […].

Le Dieu édité par pape François est un Dieu qui est toujours premier dans l'amour, c'est un Dieu qui pardonne toujours ; c'est un Dieu qui prend la place de l'homme (Paul) en prenant sur lui son péché et sa croix ; c'est un Dieu qui ne choisit pas entre élus et non-élus, mais qui élit tous les hommes au-delà de toute religion et culture, il ne se tient pas derrière la porte du sanctuaire surveillée par le portier, mais sort pour être rencontré en esprit et vérité ; il n'est pas le Dieu de la casuistique, mais de la vérité, non pas de l'équation d'une pesée égale mais du don sans marchandage, non le Dieu de la guerre mais le Dieu de la paix, un Dieu non-violent, un Dieu qui n'est pas avec la ville étincelante mais avec le clochard qui meurt ; il ne se tient pas dans les navires – vedettes qui saisissent la proie mais dans les embarcations qui chavirent et les bateaux des ONG qui, contre les règlements, courent les sauver.
 

Raniero La Valle – Assise le 25 août 2017
Traduction Domenico Zago, professeur émérite d’italien au lycée Michelet de Montauban, en réponse à la sollicitation des Prêtres Ouvriers d’Occitanie, heureux de faire connaître ce texte.
 

à suivre : 2ème partie

Texte complet :http://www.ccb-l.com/pages/documents/un-dieu-qui-surprend-raniero-la-valle.html

Rubrique du site: 
Les actualités
Ajouter un commentaire