Vous êtes ici

Choisis la vie !

Patrick ROYANNAIS
Se libérant du quotidien, le pèlerin traverse un gué (photo CM)

Samedi 31 mars 2018 – Vigile de Pâques – Ex 14, 15-15

La traversée de la mer. Lisez le texte ne serait-ce qu’à des CE2, pour beaucoup, ça ne passe pas. Je pense à ceux qui vont au caté. Alors, vous imaginez les autres ! La mer ne s’ouvre pas ainsi, avec un bâton, pour former deux murailles. J’ai entendu cela de mes oreilles, il y a à peine quinze jours. Ce qui est bien avec les enfants, c’est que les censures ne sont pas encore totalement en place et que l’on peut entendre ce qu’ils pensent, ou répètent. La traversée de la mer, cela ne passe pas.

Mais cela tombe bien, parce que ce n’est pas ce dont parle le texte. Mieux ; le texte en rajoute si évidemment qu’il interdit qu’on le prenne pour le compte-rendu technique d’une bataille. Pharaon, ses chars, ses guerriers et toute son armée ont-ils historiquement péri dans la mer ? Tout a été inventé pour rendre compte, tout en gommant le miracle, de l’historicité de ce texte, raz-de-marée, passage par des marécages, histoire de fugitifs qui se racontent leur fuite réussie, où des poursuivants sont morts dans la mer ; à se la répéter de génération en génération, quelques-uns sont un peuple, Israël, quelques Égyptiens, toute une armée, Pharaon compris.

La liturgie ne donne pas à entendre tout le texte et empêche de le comprendre. Juste avant ce que nous avons lu, on rapporte que « les Israélites eurent grand-peur et crièrent vers le Seigneur. Ils dirent à Moïse : "Manquait-il de tombeaux en Égypte que tu nous aies menés mourir dans le désert ? Que nous as-tu fait en nous faisant sortir d'Égypte ? Ne te disions-nous pas en Égypte : Laisse-nous servir les Égyptiens, car mieux vaut pour nous servir les Égyptiens que de mourir dans le désert ?" »

Rendez-vous compte ! Ils étaient esclaves et massacrés, mais c’était mieux avant. Le bon vieux temps ! Ils préfèrent servir les Égyptiens que mourir dans le désert. Autrement dit, ils préfèrent mourir esclaves que mourir libres, ils préfèrent mourir que mourir. Et cette ineptie est profession de non-foi. Car c’est Dieu que l’on sert et eux préfèrent « servir les Égyptiens ». La servitude volontaire a toujours séduit plus que l’âpre vie de la liberté.

À la fin du texte, nous avons entendu : « Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et en Moïse son serviteur. » Profession de foi.

Que s’est-il passé entre-temps ? Comment passer de la non-foi à la foi ? Une expérience de salut. Le peuple est sorti de la mort. Il ne s’attribue pas cette résurrection, mais au Dieu que Moïse sert. La peur est grande, parce que l’on ne traverse pas la mer en touriste, on y perd beaucoup. Tous les Égyptiens sont morts, « il n’en resta pas un seul ».

Dans la mer, le peuple est mort au péché, au mal, pour vivre libre et confiant, libre et croyant, c’est la même chose. Les Égyptiens sont morts, tout ce qui nous empêche la vie, la liberté, la confiance et la foi. Mais c’est terrible, parce que nous les aimions bien, on préférait même les servir ! Dieu nous a menés là où l’on ne pouvait imaginer vivre, là où l’on ne voyait que mort – c’est le comble ! – aux chemins de la vie, de la liberté, de la confiance et de la foi.

Le récit de la mer n’est pas le compte-rendu technique d’une bataille, il est le mode d’emploi de la conversion : comment fait-on pour passer de la non-foi à la foi, c’est-à-dire de la mort à la vie, de l’esclavage à la liberté. Non plus esclaves du mal mais serviteurs libres et vivants du Dieu de la vie, du Dieu vivant. C’est un baptême, une résurrection. Être croyant, disciple de Jésus, c’est se fier à celui qui veut nous libérer de la mort, des esclavages et servitudes, du mal. Être croyant, c’est vouloir servir le Dieu qui renverse le mal. Et comment le servirions-nous à vouloir encore et toujours servir les Égyptiens ? Comment le servirions-nous autrement qu’à rejeter le mal ?

Nous voulons en finir avec le mal, dans notre vie – c’est notre péché – et autour de nous. Consentirons-nous à tuer nos Égyptiens, ce qui nous empêche de croire, de vivre et d’être libres ? Préfèrerons-nous mourir sous leurs coups ? De la servitude volontaire, petits arrangements parce que la vie et la liberté effrayent, c’est si grand, trop. Dieu nous y conduit.

En cette nuit très sainte où nous renouvelons notre baptême – est-ce autre chose célébrer la résurrection du Seigneur ? – choisissons la vie !

Patrick Royannais 

 

Rubrique du site: 
Commentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire