Vous êtes ici

Célébration pour ceux qui ont soif de la Parole - Forum 104 - 14 décembre 2017

CCBF
Retable d'Issenheim. Musée Unterlinden. © Domaine Public.

Conférence Catholique des Baptisé-e-s Francophones

Célébration pour ceux qui ont soif de la Parole

14 décembre 2017 – Forum 104 – 160 participants

Introduction (Michel Bouvard) :

« Quand nous nous avons proposé ces célébrations de la Parole, nous anticipions que nous nous lancions dans une entreprise bien plus délicate qu’il y parait. Quand nous nous sommes réunis la semaine dernière pour faire le bilan de la première célébration, des critiques et des propositions que certains d’entre vous nous avez faites, nous avons vraiment réalisé l’ampleur de la tache, des difficultés. Nous avons aussi réalisé que, partout où existent des célébrations de la parole, li y a quantité de choses à inventer. Nous faisons donc face à plusieurs défis, que je voudrais évoquer ici pour qu’ils soient l’affaire de tous.

Premier défi : nous avons dès le départ choisi de faire une longue prédication avec quelqu’un dont la parole a du poids, parce qu’il nous semble essentiel de se nourrir du fruit de ceux qui ont particulièrement travaillé la Parole de Dieu. Comment concilier cette parole lentement mûrie et qui semble un peu tomber d’en haut avec le fait que selon l’adage de Vatican 2 : « nous célébrons tous ensemble » ? Et comment faire que tous célèbrent effectivement ensemble, quand nos sensibilités et nos approches de la foi, de son expression, sont différentes ? Comment célébrer ensemble quand certains préparent et proposent un déroulé, et d’autres assistent et, d’une certaine façon, subissent ; quand certains ont le micro et d’autres pas ? Bref, c’est compliqué ! Cette fois-ci, nous avons essayé de mieux marquer le souhait de célébrer ensemble. Vous nous ferez part en fin de célébration de ce que vous en pensez. Vous avez aussi l’adresse contact.cbf@gmail.com indiquée sur vos feuilles pour nous faire part de vos commentaires et propositions.

Deuxième défi : nous devons être à la fois libres et attentifs devant la liturgie millénaire de notre Eglise : nous ne voulons ni faire du neuf à tout prix, ni nous couler dans l’existant. Nous sommes des baptisés responsables, nous voulons célébrer selon notre cœur, et nous voulons retrouver le sens de ce que nous célébrons. Nous ne voulons être ni cléricaux, ni anticléricaux, mais nous voulons habiter les gestes et signes que nous avons choisis. Cette liberté et cette exigence de sens rendent les choses délicates. Il en est ainsi du fait que « l’un ou l’une d’entre nous préside ». Dans les liturgies traditionnelles, c’est simple, c’est le prêtre qui préside automatiquement. Ici, il nous faut choisir l’un d’entre nous. Je vous propose qu’aujourd’hui ce soit Anne. Nous avons aussi décidé, ce qui a été contesté, que le ou la présidente revête une aube. Anne nous expliquera pourquoi nous avons fait ce choix.

Troisième défi : cette salle n’est pas idéale, même si nous avons essayé, aujourd’hui, de mieux l’agrémenter avec une lumière plus douce, une nappe et des bougies. Faut-il aller dans une église ? Laquelle ? Faut-il préférer un lieu neutre ? A vous de nous faire des propositions.

Nous avançons donc résolument hors des sentiers battus, dans quelque chose de nouveau, de sensible, de difficile, de participatif, et de bien plus compliqué que de se couler dans une messe classique. Cela nous rend modestes, mais déterminés. Et rappelons-nous l’essentiel : nous sommes ici en communion avec toute l’Eglise, nous voulons ressortir d’ici nourris de la Parole, enrichis de nos échanges, y compris des échanges qui suivent la célébration. Nous souhaitons que chacun, qui vient ici avec son lot de soucis, reparte plein d’énergie et d’espérance. La révélation ne s’est pas arrêtée il y a 2000 ans, elle continue ici et maintenant.

Aujourd’hui nous avons la joie d’accueillir Marion Muller-Colard. Marion est docteur en théologie, elle est aussi écrivain, auteur de l’Autre Dieu, paru en 2014, de l’Intranquillité, paru en 2015, et d’Eclats d’Evangile qui vient de sortir.

Pour terminer, je voudrais remercier l’équipe qui contribue à la préparation de ces célébrations, de la salle et du casse-croute. N’hésitez pas à vous manifester si vous souhaitez les aider pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui s’y collent ! »

 

Nous célébrons tous ensemble, Anne Soupa préside la célébration et revêt l’aube du baptême

Introduction et geste de paix

Chant d’entrée : Joyeuse lumière

Premier Partage par petit groupes de 5 ou 6 pour se dire quelles images sont associées au texte de l’annonciation, qui est Marie pour nous, comment nous nous la représentons

Alleluia

La Parole de Dieu: Bonne Nouvelle selon Luc, 1, 26-56 - TOB

Alleluia

 

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth,  à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie.

L’ange entra auprès d’elle et lui dit : « Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi. » 

A ces mots, elle fut très troublée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. 

L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » 

Marie dit à l’ange : « Comment cela se fera-t-il puisque je n’ai pas de relations conjugales ? »

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint et sera appelé Fils de Dieu.  Et voici que Elisabeth, ta parente, est elle aussi enceinte d’un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile, car rien n’est impossible à Dieu. » 

Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l’as dit ! ».

Et l’ange la quitta.

En ce temps-là, Marie partit en hâte pour se rendre dans le haut pays, dans une ville de Juda.  Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth.  Or, lorsqu’Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant bondit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint Esprit. 

Elle poussa un grand cri et dit : « Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein ! Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ?  Car lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l’enfant a bondi d’allégresse en mon sein.  Bienheureuse celle qui a cru : ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira ! » 

Alors Marie dit : « Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit s’est rempli d’allégresse à cause de Dieu, mon Sauveur, parce qu’il a porté son regard sur son humble servante.
Oui, désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse, parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses : saint est son Nom.
Sa bonté s’étend de génération en génération sur ceux qui le craignent.
Il est intervenu de toute la force de son bras ; il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse ; il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et il a élevé les humbles ; les affamés, il les a comblés de biens et les riches, il les a renvoyés les mains vides.
Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté, comme il l’avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance pour toujours. »²
Marie demeura avec Elisabeth environ trois mois, puis elle retourna chez elle.

 

Prédication : Marion Muller-Colard

L’Annonciation selon Otto Dix 

Partie 1

Partie 2

 


 

Temps de silence

Second Partage en petits groupes : on va maintenant se dire avec quelle parole, conviction, déplacement, avec quel fruit on va repartir de cette célébration. Qu’est-ce qu’on emporte avec soi ? Anne circule dans les groupes pour préparer la prière de l’assemblée.

Temps de prière de l’assemblée – Magnificat chanté

Temps de prière personnel

Quête pour couvrir les frais de location de la salle et du casse-croute qui suit la célébration

Notre Père

Chant : réjouis-toi Mère du Seigneur

Envoi

Casse croute partagé

Rubrique du site: 
Célébrations dominicales de la Parole
Ajouter un commentaire