Vous êtes ici

« Bon Livre » 2018 n°7, Karima Berger, Hégires

Daniel GUFFLET
Karima Berger, Hégires.

Prix littéraire de la Conférence : « Bon Livre » n°7, 2018

Cette « Note de lecture » vous invite à vous procurer l’ouvrage, à le lire, afin de pouvoir voter pour le livre de votre choix, parmi les douze « bons livres » proposés par la Conférence.

Karima Berger, Hégires.
Éditions Actes Sud – mai 2017 – 191 pages – 10,90 €

Comment faire goûter ce concert de textes mystérieux, fascinants, rassemblés autour du thème de l’hégire ? Qu’en dire pour attirer le lecteur vers autant d’émotion, de sincérité, de beauté ? Karima Berger s’adresse à sa princesse, fille recueillie d’origine inconnue. L’ouvrage est plein de violence, de sensualité, de tendresse et de foi. S’y mêlent autobiographie, récits historiques, révolte politique, légendes persanes, poèmes, prières... L’exode et l’exil sont les ciments de toutes ces pierres précieuses. L’ouvrage s’abreuve à la source abrahamique, la Bible et le Coran : bannissement de la servante Hagar – exil à Babylone du peuple d’Israël – hégire du prophète Mohammed chassé de la Mecque et réfugié à Médine. Depuis le voyage d’Ulysse en Méditerranée, des hommes et des femmes par milliers décident de tout quitter en quête d’un refuge temporaire ou d’un paradis imaginaire. Ils partent, seuls ou en masse, libres parfois, contraints le plus souvent.

Éprise de liberté, notre auteure a quitté l’Algérie et a rompu ses liens familiaux. Elle décrit aussi bien les douleurs de l’exil que ses richesses. Nostalgie de l’enfance, évocation soudaine d’une odeur familière, fidélité à des racines enfouies dans une terre lointaine. Cependant, une fois la mer traversée, ouverture à d’autres cultures, rencontres d’autres couleurs, d’autres amours, dans un univers mobile, séduisant mais étranger.

Karima Berger ne semble pas regretter ses choix. Au-delà des vicissitudes et des colères, elle manifeste au long de l’ouvrage une solide fidélité/soumission à son islam, à la langue arabe, à la calligraphie comme à la musique des versets du Coran toujours reçus comme une source rafraichissante.

Une phrase du livre le résume : « un tissage intense et dense de sens et de beautés, d’appels et de suppliques afin que l’homme toujours recherche son pôle. »
 

Daniel Gufflet

Rubrique du site: 
Livres du mois de l’année (2018),
Ajouter un commentaire