Vous êtes ici

« Bon Livre » 2018 n°5, Delphine Horvilleur - Rachid Benzine, Des mille et une façons d’être juif ou musulman. Dialogue.

Monique HÉBRARD

Prix littéraire de la Conférence : « Bon Livre » n°5, 2018

Cette « Note de lecture » vous invite à vous procurer l’ouvrage, à le lire, afin de pouvoir voter pour le livre de votre choix, parmi les douze « bons livres » proposés par la Conférence.

Delphine Horvilleur - Rachid Benzine, Des mille et une façons d’être juif ou musulman. Dialogue.

Éditions du Seuil – octobre 2017 – 245 pages– 19 €

Elle est rabbin du mouvement juif libéral de France. Petite fille de rescapés des camps de concentration, elle a commencé des études de médecine à l’Université hébraïque de Jérusalem, tout en étant mannequin, mais c’est vers le journalisme qu’elle s’est tournée et elle a exercé à Jérusalem pour FR2 et à New York.

Il est islamologue. Né au Maroc, il est arrivé en France à l’âge de sept ans. Enseignant universitaire, il milite pour un islam libéral et européen. Il a été à l’école du dialogue interreligieux avec Christian Delorme aux Minguettes, avec qui il a écrit La République, l’Église et l’Islam.

Dans ce livre ils relisent ensemble leur Livre et constatent que Bible et Coran ont des parentés. Et ils se retrouvent dans le rejet des lectures fondamentalistes et fixistes qui sont dangereuses, et dans le choix de la recherche et de l’interprétation incessante car « être héritier » ce n’est pas conserver le texte figé, c’est le faire fructifier. Comme le dit Rachid Benzine, « la religion n’existe pas en dehors des hommes ».

Ils réfutent l’idée souvent prêchée par les intégristes d’un « retour aux origines », car de tous temps les traditions ont été revisitées et elles sont plurielles. Et elles tirent leur force non pas d’une fidélité immobile mais d’une « fidélité infidèle », qui ne cesse de s’adapter pour ouvrir de nouveaux chemins. Il n’y a pas de modèle unique imposé par une personne ou un groupe, mais une multiplicité d’approches et le droit de prendre la parole pour tous.

Ils n’hésitent pas à aborder les questions chaudes comme les rapports hommes/femmes, ou le rapport à la « terre des origines » qu’il ne faut pas sacraliser car elle n’appartient à personne sinon à Dieu.

Ces deux quadragénaires, libres et fraternels, ont déjà beaucoup publié. Ils incarnent une nouvelle génération de croyants qui, comme la pasteure protestante Marion Muller Collard à qui la CCBF a attribué son Prix Littéraire en 2018, sont à l’aise avec les deux piliers de la laïcité et de la foi qui nourrit leur vie.

Les trois religions monothéistes sont marquées par leur père commun, Abraham, un homme qui ose quitter son pays et se mettre en chemin. La Vérité n’est pas un monolithe sacré mais un chemin. Voilà un beau programme pour tous les religieux.

À une époque où les intégrismes religieux sont mortifères, ce dialogue, animé par Jean Louis Schlegel, entre la juive et le musulman, censés être d’éternels ennemis, est stimulant et réconfortant.
 

Monique Hébrard

Rubrique du site: 
Les actualitésLectures : coups de cœur et Prix Littéraire
Ajouter un commentaire