Vous êtes ici

Affaire Mgr Le Vert à Bordeaux

CCBF

Dans un communiqué du 22 mars, la CCBF a alerté sur la nomination de Mgr le Vert comme évêque auxiliaire à Bordeaux, nomination qui a suscité le départ du père Francis Ayliés, très apprécié pour ses initiatives pastorales. http://www.baptises.fr/content/diocese-bordeaux-affaire-aylies-affaire-vert;

Par un appel du 24 mars, le « Collectif des baptisés non consultés » de Bordeaux s’insurge contre l’absence de toute consultation des baptisés et dénonce la légèreté avec laquelle l’institution persiste à nommer un ancien évêque qui a fait la preuve de son inadaptation à cette fonction.

La CCBF, solidaire de la démarche, invite à signer la pétition :
https://www.unepetition.fr/petition-2955

Ce grave disfonctionnement révèle une institution qui « s’auto-protège » plus qu’elle ne cherche à garder ceux qui savent parler aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui. Avec un tel contre-témoignage, comment les millions de baptisés peuvent-ils être crédibles quand ils cherchent à annoncer l’Évangile sur leurs lieux de vie, dans leurs associations, dans leurs mouvements de spiritualité et d’entraide sociale ?

Ce qui arrive à Bordeaux peut arriver demain dans n’importe lequel de nos diocèses. Aussi, ensemble, refusons cette gouvernance contraire au bien commun de notre Église. Plus nous serons nombreux, mieux nous préparerons notre avenir de baptisés responsables.

Signez la pétition, prévenez votre réseau, partagez, soyez convaincants !

La Conférence des baptisé-e-s 

PS. Il est aussi proposé d’autres actions locales aux habitants de Bordeaux. Toutes informations à : collectifnonvote@gmail.com
 

Rubrique du site: 
Les actualités
Commentaires
Gérard Descamps

Et si c'était le P. Ayliès qui avait tort ? Et si Mgr Le Vert peut faire du bien à Bordeaux? Qui sommes-nous pour juger?

annick-guillou_5887

Sur RCF Bordeaux, le nouvel évêque auxiliaire a affirmé qu'il ne comprenait pas pourquoi sa nomination semblait poser un problème : il oublie sans doute que les catholiques sont en réseau depuis plusieurs années et que lorsqu'il se passe un évènement grave dans un diocèse, l'information est relayée sur les réseaux sociaux aussi, c'est être dans le déni que de laisser supposer qu'on pourrait se blanchir ailleurs comme si rien ne s'était passé ou vivre dans un autre siècle...

Ajouter un commentaire